Contre vents et marées

Publié le 30 mai 2018
Entraîneur adjoint de l'équipe réserve, Stjepan Cvitkovic revient sur la saison et sur cette première expérience sur le banc dunkerquois.
Photo actualités
  • Malgré une défaite 3-0 face à Saint-Quentin lors du dernier match, cela n’enlève en rien la bonne saison de votre groupe ?

« On a réalisé une belle saison. On s’était fixé comme premier objectif le maintien et on l’a acquis assez rapidement dans la saison. Et c’est ce qui nous a permis de revoir nos objectifs à la hausse sur la fin de saison. Entre nous, on s’était fixé l’objectif du top 5 et on a réussi à finir à cette cinquième place, même si c’est vrai qu’à un moment donné, on a essayé d’accrocher la troisième place, sans y parvenir. Dans l’ensemble, on a réalisé une bonne saison, les jeunes ont pu progresser au contact de joueurs de l’équipe première. Donc c’était vraiment une saison très intéressante. »

  • Quels sont tes ressentis en tant que coach adjoint ?

« Au départ, je me lançais dans un projet un peu à l’aveugle puisque je ne savais pas si je voulais vraiment ça. J’ai accepté d’épauler Jean-Charles (Delgrange) sur la mission de la National 3 et j’ai très rapidement pris beaucoup de plaisir à coacher cette équipe. Je dois dire que je suis vraiment ravi de cette première expérience. J’ai beaucoup appris et j’ai encore beaucoup à apprendre, puisque je n’avais aucune expérience en tant qu’entraîneur. Donc il y a plein de choses que je ne maîtrise pas encore, mais je ne garde que des bons souvenirs de cette saison et j’ai hâte d’entamer la suivante. »

  • Peux-tu nous présenter ton groupe ?

« Le groupe de National 3 est fait de joueurs très jeunes principalement. Après, on le mélange avec les séniors et certains U19 pour les meilleurs d’entre eux. Au fur et à mesure de la saison, on a été obligés de modifier ce groupe parce que certains ont intégré l’équipe première en cours d’année. C’est l’objectif que d’amener le plus de joueurs avec l’équipe première à court ou moyen terme. C’est ce qu’on a réussi à faire. On s’est parfois retrouvé avec un groupe très jeune, avec des garçons qui ont entre 18 et 21 ans.  C’est un groupe jeune mais à l’écoute. Ce sont vraiment de bons gamins qu’on a réussi à faire progresser pour la plupart. On va essayer de faire pareil la saison prochaine. »

  • Ta philosophie de jeu va de pair avec celle de Jean-Charles ?

« On est d’accord sur les mêmes projets de jeu, sur les mêmes principes de jeu lui et moi. C’est ce qui a permis qu’on s’entende la plupart du temps sur ce qu’on voulait mettre en place à l’entrainement ou en match, sur les compositions également. Après on n’était pas d’accord sur tout, mais sur les grands principes, on avait vraiment la même philosophie. »,

  • Imaginais-tu assurer un maintien aussi tôt dans la saison ?

« Honnêtement, on pensait que ça allait être encore un peu plus compliqué sur cette saison, mais on s’est vite rendu compte que les joueurs s’étaient rapidement adaptés au niveau du National 3. On partait un peu dans l’inconnu avec des joueurs qui découvraient ce niveau-là. C’était une première saison en National 3 et ça a été une réussite et une surprise d’avoir été compétitifs aussi rapidement dans la saison. Ca nous a permis de prendre des points, de prendre confiance et de surfer cette vague positive, même si on a eu des coups de moins bien dans la saison. On a toujours su rebondir assez rapidement et ne pas douter. »

  • Tu es satisfait de ta saison, mais aussi de ton groupe ?

« Je suis satisfait de ma saison, mais aussi du groupe et de l’investissement que tous les joueurs ont su mettre, que ce soit à l’entrainement au quotidien. Certains ont peu joué, mais n’ont jamais rien lâché. D’autres, qui venaient de l’équipe première, ont très bien épaulé les joueurs de notre groupe donc c’est très satisfaisant. On a essayé au maximum de faire participer tous les joueurs, même si ça a été compliqué, parce qu’on est toujours tributaire de l’équipe première qui est prioritaire. Sur la fin de saison, on a essayé de donner un maximum de temps de jeu à nos jeunes pour les évaluer, car c’est le but. Le fait de nous maintenir assez rapidement nous a permis aussi de tester des jeunes beaucoup plus rapidement de ce qu’on aurait peut-être fait si on devait lutter pour le maintien. »

« Ce que j’apprécie le plus, ce sont les matchs »

  • Quels sont tes ambitions par la suite ?

« Etant un compétiteur comme je l’étais déjà en tant que joueur, mon ambition est d’entraîner au plus haut niveau. Je ne me fixe pas de limite, je ne sais pas ce que je suis capable de faire ou ne pas faire pour le moment. Mais en tout cas je me donnerai tous les moyens possibles pour entraîner le plus haut possible. Je passe le BEF l’année prochaine. C’est une première étape, mais je ne veux pas m’arrêter là. Si je peux enchaîner sur le DES et plus tard peut-être le BEPF, je le ferai. Je suis quelqu’un qui donne tout ce qu’il a à chaque fois, j’étais comme ça en tant que joueur et donc je serai pareil en tant qu’entraîneur. Après seul l’avenir le dira ! Je ne sais même pas si j’entraînerais encore ou si j’aurais une autre fonction dans les années à venir. Mais en tout cas je me donnerai les moyens de réussir, ça c’est sûr. »

  • Tu as connu le football en tant que joueur. Qu’est ce qui te plaît en tant qu’entraîneur ?

« J’ai vu l’envers du décor parce que quand tu joues, tu ne sais pas ce que les coachs font. Tu ne te rends pas compte du travail qui a derrière ce rôle. Tu viens à l’entrainement, tes affaires sont pliées, lavées et à ta place. Tu t’entraînes, puis tu mets tes affaires à laver et tu rentres chez toi puis tu reviens le lendemain. Ce qui me plaît comme coach, c’est cette stratégie que tu as, ce projet de jeu que tu essaies de mettre en place à l’entrainement pour le retrouver en match. Le plus intéressant, c’est quand tu réussis à mettre en place quelque chose et que tu le retrouves en match et que ça marche. A ce moment tu te dis que tu as fait du bon boulot. Ce que j’apprécie le plus dans ce rôle ce sont les matchs ! En tant que joueur déjà, j’adorais l’odeur du match, la compétition et là c’est exactement la même chose. En tant que coach, je vis mes matchs pleinement et quelquefois trop, donc c’est Jean Charles qui calme un petit peu mes ardeurs. Mais c’est vraiment ça que j’ai le plus apprécié, la préparation des matchs aussi, la stratégie, les coups de pieds arrêtés et les détails pour essayer de battre l’adversaire et après pendant une heure et demi ce sont des émotions que tu ne retrouves pas au quotidien, ni à l’entrainement mais qui en match sont décuplées. »

  • A quel genre de saison on peut s’attendre l’année prochaine ?

« On doit s’attendre à une saison beaucoup plus compliquée parce qu’on risque de perdre quelques cadres présents depuis un certain temps. On arrive à la fin d’un cycle, avec des joueurs d’un certain âge qui n’ont pas réussi à rejoindre l’équipe première. Ils se retrouvent dans un rôle qui ne les intéresse plus trop eet ont besoin d’aller voir ailleurs. On sera peut-être en difficulté par rapport à ça l’année prochaine et on aura sans doute un groupe encore plus jeune. Il va donc falloir batailler pour se maintenir. Comme on dit souvent, la deuxième saison est toujours plus compliquée à gérer, il faudra faire comprendre aux joueurs que rien n’est acquis et rester vigilant. L’objectif est le maintien. Si on peut se maintenir le plus tôt possible c’est très bien, parce qu’on ne peut pas prétendre à autre chose pour le moment. Il faudra confirmer la saison prochaine, car on sera attendu cette fois. Ce sera à nous de mettre des choses en place pour garder la confiance de cette saison et d’essayer de surfer sur là-dessus pour prendre des points rapidement et vite se mettre à l’abri. »

  • L’équipe première a déjà attaqué son mercato, est ce que vous avez fait de même ?

« En ce qui nous concerne, on fait des matchs de détection, on en a fait un lundi et un mercredi. Nous c’est plus compliqué que l’équipe première, car forcément, on n’a pas de budget pour les joueurs. C’est vraiment le projet sportif qu’on leur vend. On essaye de voir à gauche et à droite, d’avoir quelques opportunités, mais il n’y aura pas de gros mercato, ni de gros changement pour l’équipe réserve. Ça va se jouer sur quelques joueurs, mais pas beaucoup. On dépendra toujours de l’équipe première pour nos matchs. »