Publié le 4 novembre 2021
Face aux journalistes pour la conférence de presse d'avant-match face au Grenoble Foot 38 (06/11, 19h), Romain Revelli et Adon Gomis ont mis l'accent sur le match difficile qui attend les Maritimes au Stade des Alpes.
Photo actualités

La conf’ de Romain Revelli

Une série positive qui amène de la sérénité

« On préfère, forcément, travailler dans un climat plus apaisé au quotidien. La série est surtout intéressante dans les points. En début de saison, nous l’avons fait à l’inverse. Il n’y a pas eu d’exploit car nous ne sommes qu’à trois points (de la zone rouge). Désormais, nos adversaires prêtent peut-être plus d’attention à la préparation contre nous. Le message, et je pense que nos joueurs l’ont, c’est qu’en Ligue 2 BKT, tout le monde peut battre tout le monde et chaque week-end, les compteurs sont remis à zéro. Ce championnat est très long et très dur. »

Manager, l’une des fibres indispensables du quotidien d’un entraîneur

« J’ai été parfois dur avec mes joueurs. J’ai le souvenir qu’après le match contre Nancy, on a envoyé des joueurs en réserve, en prévision d’une semaine à trois matches. Dans l’enchaînement des matches, on savait qu’on allait peut-être piocher. Peut-être que ces joueurs voulaient, dans mon management, que je leur explique à chacun. Mais quand vous avez huit ou neuf joueurs en plus chaque week-end et que vous jouez tous les trois jours, on ne peut pas toujours expliquer aux joueurs « pourquoi ».

Et, parfois, c’est aussi volontaire de ma part, pour que les joueurs se réveillent. Ils peuvent le prendre mal, mais au final, quand ils reviennent, ils sont meilleurs. C’est un petit peu mon management qui, aujourd’hui, joue au sein du groupe. C’est ma façon de faire et, en tout cas, ça n’est jamais pour condamner car nous aurons besoin de tout notre effectif. »

Grenoble, un adversaire difficile

« Depuis l’année dernière, des choses ont changé, chez eux comme chez nous. Cela va être un match très difficile. Grenoble est un peu comme nous en termes de parcours, même s’ils ont réagi plus tôt que nous au niveau des points. Aujourd’hui, ils ont 18 points. Cette équipe a donc fait mieux que nous, même si elle n’a pas fait de réelle série. C’est une équipe très joueuse, notamment depuis son retour au Stade des Alpes. Cela va être un match compliqué car Grenoble joue bien au ballon et a trouvé son système. »

Des choix tactiques réfléchis

« L’idée est toujours d’essayer de tenir le milieu de terrain. On peut faire le choix de jouer à 3, ou à 5 derrière. Mais le souci, pour moi, en Ligue 2 BKT, c’est l’équilibre. Il faut toujours que l’équipe soit équilibrée et ça passe aussi par le gain du milieu de terrain qui est très important. Ensuite, il faut avoir et respecter des principes de jeu, suivre les décrochages, bien tourner ses épaules vers l’avant.

De manière humble, quand on parlait de plan de jeu en début d’année, c’était aussi par rapport à ça. Aujourd’hui, ce qui nous donne de la confiance, c’est qu’on a gagné avec une défense à quatre plusieurs fois et qu’on a gagné avec une défense à trois à Valenciennes. Je veux garder ces deux systèmes. »

La Coupe de France, une belle compétition à jouer

« La Coupe de France, c’est une compétition importante. Nous sommes des sportifs professionnels, alors ça nous motive. Je vais être très honnête. Ce que j’aime, c’est que j’essaie de tout donner car ça m’embête toujours de se faire éliminer par des équipes amateurs. Moi, je vais y aller dans cet état d’esprit. J’aime aller jusqu’à décembre ou janvier, car ça permet de faire des matches et de garder la dynamique.

Après, ça nous permet de rêver, car le contrat est « rempli » et vous allez jouer une équipe de Ligue 1. Mon objectif, c’est celui-là. Par respect de la Coupe de France, on va aller à ce premier match en étant déterminés. »

La conf’ d’Adon Gomis

Rester vigilant face à Grenoble

« Nous, on a toujours été vigilants. Même si on est sur une série, on sait que chaque match qu’on va jouer va être compliqué. On est pas à l’abri de voir les équipes derrière nous revenir. Il faut donc continuer sur cette lancée et tout donner à chaque fois pour avoir le maximum de points. Je pense que le match de l’année dernière est encore un peu dans les têtes (les Maritimes s’étaient inclinés sur le score de 4-0). Après, c’était l’année dernière. On ne veut pas y repenser. Samedi, ça va être un autre match et on va tout faire pour gagner. »

Un groupe uni et soudé

« Dans le vestiaire, tout se passe bien. Il y a des sourires. Franchement, il y a une bonne ambiance. Nous n’avons jamais lâché. Au début de saison, il nous manquait quelques petits détails. Maintenant, on a pris confiance et personne ne triche. Les résultats viennent avec. Personnellement, l’année dernière, je découvrais. Cette saison, j’essaie d’enchaîner et je prends match par match en donnant le maximum. Je pense avoir progressé dans la préparation des matches, comment gérer les 90 minutes. »