Publié le 2 juin 2022
À deux jours de disputer le match aller du barrage d'accession au championnat national U17 avec les U16 face à Chambly (04/06, 17h), Aymerick Goyer revient sur cette double confrontation qui, en cas de succès, peut permettre à l'USL Dunkerque de posséder deux équipes au niveau national la saison prochaine. Entretien.
Photo actualités

Aymerick, une deuxième place du groupe derrière le LOSC et un barrage d’accession à disputer : on peut dire que la saison est belle pour ton groupe U16…

Dans la globalité, la saison a été bonne quand on regarde la progression des garçons. Il ne faut pas oublier que nous avons repris le 20 juillet dernier. Nous avons, aujourd’hui, réalisé notre 195ème séance d’entrainement. Les joueurs sont très assidus et, comme je l’avais dit en début de saison, ce sont des gamins qui ont les valeurs du club et de la ville. D’un point de vue sportif, c’est une excellente saison puisque nous finissons deuxième, à deux points du LOSC et avec six points d’avance sur le Valenciennes FC, qui était troisième. Nous sommes restés invaincus depuis le mois de novembre et nous aurions même pu jouer le titre face au LOSC lors de l’avant-dernière journée. Ce fut une bonne saison.

« Ça va se jouer dans la gestion des émotions » – Aymerick Goyer, entraineur des U16

Quel est ton sentiment avant d’affronter Chambly dans cette double confrontation à l’occasion du barrage d’accession au championnat National U17 ?

Mon sentiment reste le même : on prend les matches les uns après les autres. Je ne veux pas qu’on sorte du cadre habituel. Je le répète depuis le début à mon groupe : le jeu passe avant l’enjeu. On est sur de la formation et ce n’est pas parce que nous disputons des barrages qu’il va falloir tout changer. On reste sur ce qu’on fait depuis le début de saison pour ne pas chambouler nos habitudes.

Tes joueurs, comment les sens-tu ?

Je les sens bien et, surtout, comme depuis le début de saison : ils sont bosseurs et à l’écoute. Je ne les entends pas trop parler du barrage. Pour eux, ce sont deux matches qui entrent dans le cadre de leur formation. Personne ne calcule et ne se fait le match dans la tête à l’avance. Ils sont calmes et sereins.

Ces matches couperets, sur quels détails peuvent-ils se jouer ?

Ça va se jouer dans la gestion des émotions. Quand le match va arriver, on sait qu’il y aura de la pression, que ce soit pour une équipe comme pour l’autre. Il y aura une grosse détermination de part et d’autre et ce sera vraiment une rencontre type du championnat national U17. Tout simplement car les deux clubs qui vont se rencontrer jouent pour une place dans ce championnat. Pour moi, la gestion des émotions sera le plus gros point sur lequel il faudra être vigilant. C’est ce qui fera que, derrière, les garçons réussiront, ou non, à s’appliquer dans la dernière passe ou la dernière frappe.

Un match aller est-il forcément différent d’un match retour ?

Ce seront deux matches différents, comme je l’ai déjà dit à mes joueurs. Après ce match aller, nous ne serons qu’à la mi-temps. Le football est l’un des seuls sports collectifs où il peut tout se passer. C’est ce qui peut être à la fois beau et cruel. Peu importe le résultat lors du match aller, il se passera quelque chose au match retour. On va tout faire pour que cela se passe bien pour nous et pour le club.

« Mon groupe est composé à 70% de joueurs issus du territoire de Dunkerque » – Aymerick Goyer

Face à vous, ce sera le club du FC Chambly Oise…

On travaille sur cette équipe mais, pour être honnête, on veut se concentrer sur nous. Le plus important, c’est de respecter tout ce qu’on a fait depuis le début de saison. Mon groupe est composé à 70% de joueurs issus du territoire de Dunkerque. Ce serait une belle réussite pour le club.

Bonne chance à nos U16 !