Publié le 8 janvier 2017
Didier Santini et Saïd Aït Bahi ont livré leurs impressions après la victoire contre Valenciennes.
Photo actualités

Saïd Aït-Bahi, défenseur : « C’est bien de commencer l’année 2017 par une victoire. On a répondu présent. C’est vrai que c’était un match d’entraînement, un match amical, mais il fallait marquer. On a également réussi à y mettre la manière. C’était aussi important de signer une victoire avant de reprendre le championnat. »

Didier Santini, entraîneur : « C’est un match amical, mais ça nous permet de tirer quelques enseignements et notamment le fait qu’on a une équipe qui sait jouer au ballon. Malheureusement, on l’a souvent oublié lors des 17 premières journées, surtout lors des deux derniers matchs. Or, on sait jouer, on sait faire des passes, on sait garder le ballon, on sait repartir de derrière. On n’est pas une équipe à mettre des ballons en tribunes et à dégager. C’est ce qui m’a le plus énervé lors des deux derniers matchs, surtout aux Herbiers. Quevilly a été dans la continuité. On a souffert, parce qu’on ne joue pas, parce qu’on perd trop vite les ballons, parce qu’on balance, parce qu’on panique. Là, on s’aperçoit que contre une équipe de Ligue 2, on est capables de garder ces ballons. Parfois on en perd, mais dès que c’est le cas, tout le monde se bat pour les récupérer ! C’est le plus bel enseignement de ce match. On l’avait déjà montré lors des matchs amicaux, puis lors des 6 – 7 premières journées. Et d’un seul coup, peut-être s’est-on vus trop beaux. On a joué trop vite, on a voulu jouer par à-coups. Chacun a voulu à un moment devenir le sauveur, le « zorro » de l’équipe et ça n’a pas fonctionné. Aujourd’hui, le maître mot avant le match c’était ça : on peut perdre, mais en jouant. Perdre en jouant, ça laisse moins de regrets. Après, c’est une équipe de Ligue 2 bien en place, ce n’est pas un adversaire de National où on est souvent plus pressés, où il y a plus d’engagement, où c’est plus physique. Le prochain match sera complètement différent. Mais j’espère qu’ils verront qu’ils sont capables de jouer au ballon. Il faut jouer, il faut rester sur nos valeurs. Cette équipe, si elle ne joue pas, elle n’ira pas plus loin. »