Contre vents et marées

Publié le 21 mars 2020
Alors que la première semaine de confinement touche à sa fin, nous avons fait le point avec Nicolas Buteau, préparateur physique de l'équipe.
Photo actualités
  • Avant toute chose, comment vas-tu en cette période de confinement ?

« Ça va merci. Les premiers jours permettent de récupérer, se reposer, mais le manque du terrain se fait déjà ressentir. Je reste chez moi, je ne sors pas du tout pour respecter les consignes données. Du coup ça me permet de profiter de mes enfants, de ma femme, de bricoler et de faire quelques exercices physiques pour garder la forme. »

  • Vous avez laissé les joueurs lundi après une dernière réunion, quelles ont été les consignes données ?

« Nous avons en effet vu les joueurs avec le Président et le staff technique pour leur expliquer la situation, même si lundi dernier nous n’avions que peu d’informations. Le club a créé un groupe de discussion avec les joueurs, les staff techniques et médicaux et la direction pour permettre de se tenir au courant des moindres informations. Lors de la réunion avec les joueurs, nous avons également insisté sur le sérieux que devaient avoir les joueurs sur leur hygiène de vie, sur le respect des consignes données par l’Etat et surtout de prendre soins d’eux et de leurs proches. »

  • Les joueurs ont-ils reçu un programme ? Un programme individualisé peut-être ?

« Les joueurs sont évidemment partis avec un programme individuel. Ils ont d’abord eu quatre jours de repos complets et cela a permis de récupérer physiquement et mentalement, surtout pour ceux qui ont enchaîné tous les matchs ou une grande partie. Nous avons aussi demandé aux joueurs de prendre régulièrement leur température et de nous tenir au courant. Je leur impose aussi de temps en temps une pesée qu’il doivent m’envoyer. »

  • A quoi ressemble un programme type ?

« Durant la semaine, les joueurs ont 5 séances minimum à faire. A travers celles-ci, j’essaye de solliciter toutes les filières et qualités physiques comme la capacité et la puissance aérobie, le renforcement musculaire, la vivacité…sans oublier le travail de prévention des blessures que nous faisons régulièrement au stade. »

  • Malgré tout, on imagine que rien ne remplace l’entraînement ?

« Non bien sûr. Surtout que la complexité de la situation fait que lors de l’établissement du programme, il faut tenir compte que les joueurs sont bloqués chez eux avec plus ou moins de place, avec peu ou pas de matériel… et qu’il ne peuvent pas utiliser un ballon comme ils le font habituellement. Du coup il faut imaginer des séances pour qu’ils puissent tout de même avoir une dépense énergétique, une sollicitation musculaire…mais on ne pourra pas avoir les mêmes impacts que lors d’un entraînement collectif. »

  • La principale difficulté est de ne pas connaître la durée de ce confinement ? Les joueurs ont un planning pour combien de temps ?

« Oui complètement. Nous sommes dans l’inconnu et c’est cela qui est déstabilisant. C’est pour cette raison qu’avec le staff nous avons fait le choix de fonctionner à la semaine. Je prépare un programme d’une semaine et dans le week-end je leur envoie celui de la semaine à venir. Cela permettra d’ajuster et d’adapter le contenu dès qu’une date de reprise nous sera donnée. »

  • Si le championnat devait reprendre, combien de temps estimes-tu qu’il faudrait pour que les joueurs reviennent à 100% de leurs moyens pour la compétition ?

Tout d’abord nous avons en tête de reprendre le championnat. On se prépare pour ça. La question est très difficile puisque pour le moment je ne sais pas du tout combien de temps va durer cette coupure et cela dépend aussi de chacun. Les joueurs qui sont actuellement sérieux dans l’hygiène de vie (alimentation, hydratation, sommeil, poids…) et dans le respect du programme se donnent plus de chance de relancer « la machine » rapidement et éviter les blessures lors de la reprise.  Il y a un autre paramètre à prendre en compte c’est l’aspect mental. Il faudra vite se remettre en mode compétition pour terminer ces neuf » matchs et bien si possible… Pour finir je souhaite bon courage à tout le monde, prenez soins de vous et de vos proches et essayons de faire le maximum pour que cette épidémie se termine le plus rapidement possible. »