Publié le 18 novembre 2021
Revivez la traditionnelle conférence de presse d'avant-match avec les déclarations de Romain Revelli et d'Axel Maraval.
Photo actualités

Romain Revelli

La Coupe de France, regrets et déceptions

« On avait vraiment essayé de faire au mieux par rapport à ceux qui avaient besoin de temps de jeu et qui allaient apporter, dans ce match, un certain jus, et d’autres qui avaient besoin d’enchaîner. Aussi, quand même, à l’image de nos gardiens, il ne fallait pas faire n’importe quoi sur certains postes. Je pense qu’on l’avait très bien préparé et, je suis en colère parce que je trouve que nous avons fait un bon match. On est tombés sur une bonne équipe et je pense qu’ils ont une certaine expérience en Coupe de France, que l’on a ressenti dans la façon dont ils ont abordé le match. La colère, c’est l’exigence devant le but. Il fallait les punir. Quand vous faites le match qu’on a fait, et qu’on ne le gagne pas, qu’est-ce qu’on va gagner ? Nous, on a pas de marge. Le coach, les joueurs, tout le monde : il faut toujours être à 150%. Tout le temps. »

Ajaccio, une réaction attendue

« Ce match d’Ajaccio, j’en ai parlé aux joueurs. Il ne faut penser qu’à ce match. Il faut essayer de mettre de côté le début de saison. Il y a eu des séries négatives et positives. On sait ce qu’il a fallu mettre et on voit ce qui nous a manqué sur les deux derniers matches qui, finalement, étaient correctes. Là, on se remet un peu le feu. Désormais, il faut remettre tout ça de côté. On a fait une semaine très studieuse et concentrée. Là, on a un gros client qui se présente de nouveau qui, comme contre Caen ou Le Havre, est une équipe très chirurgicale qui a de l’expérience. Cela va demander à notre belle équipe de Dunkerque de se mettre au niveau de cette exigence pour rivaliser avec cette équipe d’Ajaccio. On est 15èmes de Ligue 2 BKT, on sait ce qu’on veut faire. Il nous reste quatre matches jusqu’à Noël, prenons match après match. »

Se mettre des objectifs

« Il faut se mettre des objectifs. Je n’en ai pas mis aux joueurs mais moi, dans ma tête, je pars du principe qu’il nous reste quatre matches. Quand vous démarrez un match, il y a match nul. Si vous mettez ce qu’il faut… J’espère ne pas faire moins que ça, cela nous permettrait de basculer et de bien rattraper le coup avec une vingtaine de points et de voir au-dessus, même. Par rapport à notre début de saison, avec trois point en neuf matches… Il ne faut plus qu’il y ait de doutes dans nos têtes. Là, il y a eu des matches dont nous avons tiré les enseignements. Il ne faut pas être euphoriques, il faut être déterminés. Il ne faut pas être dans le doute, il faut être confiant, et avoir ce supplément d’âme. »

Axel Maraval

Un groupe on ne peut plus mobilisé

« C’est la Coupe de France. On a manqué d’efficacité pour mettre ce but et on s’est fait punir. Mais, franchement, j’ai vu des mecs sérieux et déterminés. Il y avait même des mecs « hors groupe » qui sont venus voir le match. Tous les joueurs ont tout mis en œuvre pour passer mais c’était le match typique de Coupe de France. Ils ont marqué sur leur seule action à la dernière minute.

Nous, les joueurs, on a pas le feu entre nous. On est très déçus et on était les premiers à avoir honte de s’être fait éliminés, mais on a qu’une seule hâte, c’est de jouer le prochain match pour essayer d’effacer ces mauvais résultats. »

Des décisions qui font partie du football

« C’est quelque chose que je n’avais pas compris. Après, quand on joue au foot, on est tributaires des décisions qui sont prises par des personnes qui sont au-dessus de vous. On a pas d’autres solutions que de prendre note et moi, je me suis réfugié dans le travail comme j’ai toujours fait, en étant professionnel et le plus digne possible. Surtout, je ne voulais pas faire passer mes états d’âmes au-dessus de l’équipe et du groupe, ce que j’ai réussi à faire. Aujourd’hui, je joue des matches et je suis content.

Peut-être que j’ai payé les mauvais résultats de l’équipe. C’est quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout mais c’est comme ça, cela fait partie du football et on ne maîtrise pas tout. Les seules choses qu’on maîtrise, c’est de bien s’entraîner, de donner le maximum de soi-même sur le terrain. C’est ma philosophie, je m’entraîne très dur sur le terrain pour pouvoir être au maximum de mes performances le week-end. »