Contre vents et marées

Publié le 24 septembre 2018
Le président de la SASSP a tenu une conférence de presse ce lundi après-midi en préambule de la présentation du nouveau coach, l'occasion de faire le point sur le déplacement des supporters boulonnais à Tribut mercredi.
Photo actualités

Jean-Pierre Scouarnec : « Nous avons eu une réunion lundi dernier avec madame la commissaire en charge de la voie publique à Dunkerque. Aussi, les supporters de Boulogne seront pris en charge avec leurs bus dès la sortie de l’A16 et seront amenés, directement escortés par les forces de police dans l’enceinte du stade par l’entrée située à côté de la salle Dewerdt, à proximité de la tribune visiteurs. Ils auront un accès direct, sans contact avec l’extérieur. Qui plus est, nous avons décidé de doubler l’effectif de stadiers pour cette rencontre. Le seul souhait que je puisse avoir, c’est qu’il ne puisse y avoir aucune exaction comme cela s’est produit la saison dernière. C’est pour cela que nous avons fait appel aux forces de l’ordre, sur le chemin qui conduira le ou les bus de Boulonnais, jusqu’à l’intérieur du stade Tribut,pour ne pas priver les supporters boulonnais de derby et qu’ils soient reçus de la meilleure des façons à l’USLD, dans les conditions qui sont les nôtres, à savoir des conditions de chantier. L’important pour moi est qu’ils soient présents. Pour moi, le foot ne peut se jouer à partir du moment où il y a deux équipes, mais aussi deux clans de supporters dans le stade. Qu’un bus de supporters puisse être agressé reste pour moi l’image la plus choquante depuis que je suis président de l’USL Dunkerque. Les mesures d’accompagnement seront ainsi reconduites à la sortie pour éviter toute action envers les supporters de Boulogne-sur-Mer. Le conseil que je donnerais aux supporters est de ne pas venir en voiture puisqu’ils auront sans doute des signes distinctifs et à partir de ce moment-là, même s’il y aura des forces de l’ordre autour du stade, il sera beaucoup plus difficile de les protéger que s’ils viennent en bus. On ne peut pas empêcher les Boulonnais de venir par eux-mêmes, maintenant, on ne pourra pas leur garantir une sécurité optimale, comme ce sera le cas pour ceux qui se déplaceront en bus. »