Contre vents et marées

Publié le 22 mai 2018
Formé à Dunkerque comme joueur, Sofiane Denys est revenu à l'USLD en début de saison comme coach des U12. Propulsé à la tête des U19 en mars, le jeune homme de 22 ans fait le point alors que la fin de saison se profile...
Photo actualités
  • Sofiane, peux-tu commencer par te présenter en tant que joueur et en tant qu’entraineur ?

« Ma carrière de joueur est terminée depuis que j’ai repris les U19 en cours de saison ! Avant cela, j’ai joué pendant cinq ans à l’USLD, de U15 à U19, puis un an à Boulogne et puis je suis revenu chez moi à Hazebrouck. Cette année, quand je suis revenu vivre dans le Dunkerquois, j’ai signé à l’US Gravelines. Comme coach, j’ai commencé il y a quatre ans avec des U13 au CS la Gorgue. Ensuite j’ai fait deux ans au Sporting Club d’Hazebrouck avec des U14 et des U15. Depuis cette année, je suis donc à l’USLD. J’étais arrivé avec des fonctions d’entraineur des U12 et d’adjoint en U16, je travaille aussi avec le sport-étude de Guilleminot et celui de Robespierre. Et depuis le mois de mars je suis avec les U19 puisque j’ai remplacé Fred Basire qui est devenu adjoint de l’équipe première. »

  • Pourquoi cette envie de rejoindre Dunkerque ?

« Dunkerque est un club que je connais bien puisque j’y ai fait toute ma formation. C’est un club auquel je suis attaché parce que j’y ai connu mes plus belles années de footballeur. Quand Fred Basire, que j’ai eu comme coach, m’a contacté l’année passée pour rejoindre le club, ça m’a emballé. C’est une bonne opportunité pour évoluer professionnellement. »

  • Peux-tu nous présenter ton groupe de U19 ?

« C’est un groupe de joueurs nés en 1999 et 2000 avec une majorité de Dunkerquois et des joueurs venant de l’extérieur présents depuis quelques années. Quelques uns seulement sont arrivés cette saison. La particularité de la catégorie, c’est qu’il y a un groupe U19 qui évolue en U19 Régional 1 et les joueurs qui ne figurent pas dans le groupe le week-end jouent avec les U18-U21. »

  • Comment s’est passé ce remplacement de Fred Basire qui est passé adjoint de l’équipe première ?

« Ça s’est très bien passé dans le sens où je connaissais déjà les joueurs puisque je les côtoyais déjà au stade. Ensuite, Fred et son staff, qui m’accompagne d’ailleurs toujours, m’ont aidé à faire la transition ainsi que Miloud (Gaïd), qui avait en charge la génération 2000 la saison passée. Comme le travail réalisé la saison passée et celui de la première partie de saison avaient été de qualité avec un groupe vivant très bien et des résultats au beau fixe, les conditions étaient bonnes à mon arrivée. C’est forcément plus facile pour que la transition se passe bien ! »

« C’est un groupe qui est demandeur, qui aime bosser ! »

  • Ta philosophie de jeu était la même que celle mise en place par Fred Basire ?

« Le travail de Fred et sa philosophie de jeu fonctionnaient, donc on s’est appuyés sur ça. Après, forcément, quand on prend un groupe déjà en place, chacun a sa sensibilité et ses idées propres. Personnellement, j’ai un projet de jeu et un modèle de jeu assez bien défini, donc on a essayé d’amener autre chose sans pour autant changer ce qui avait été bien fait avant tout en donnant des billes supplémentaires aux joueurs pour être encore plus performants le week-end. »

  • Quelle est ta philosophie de jeu ?

« Les grands axes sont d’avoir une maîtrise sur l’adversaire, grâce à la possession et l’intensité imposée tout en maintenant une pression constante dès la perte afin de récupérer le ballon le plus rapidement possible. L’objectif est de prendre au fil du match le dessus sur l’adversaire et de créer chez lui une usure athlétique et mentale qui nous permet de nous créer plus facilement des situations. Nous devons être capable également à tout moment de pénaliser l’adversaire en transition. Toutefois, on reste avec le joueur dans un objectif de formation où on doit être capable de lui donner tous les bagages technico-tactiques, athlétiques, psychologiques et cognitifs afin qu’il soit capable de répondre à tous types de situations le plus rapidement et avec la plus grande efficacité possible. »

  • As-tu été satisfait des joueurs depuis que tu es au poste ?

« Oui, j’ai été très satisfait parce que les résultats suivent. Les joueurs s’investissent, c’est un groupe qui est demandeur, qui aime bosser. Donc par rapport à ça, il n’y a pas de problème. On a aussi des joueurs qui s’entraînent avec le groupe National 3, toujours plus nombreux au fur et à mesure que la saison avance. Les joueurs progressent et ils sont de plus en plus nombreux à intégrer le groupe National 3, que ce soit sur le banc ou même en match. C’est vrai que les joueurs sont récompensés de leurs efforts ce qui prouve que ça marche bien. »

  • Vous êtes premiers de votre poule et déjà champions régionaux, qu’en est-il de la suite ?

« Il reste une incertitude sur le fait de monter en U19 Nationaux dans le sens où d’après les derniers textes qu’on a reçus de la part de la Ligue, ça se jouerait entre nous et la Picardie. Il n’y a qu’une accession pour ces deux Ligues, donc ce sont nos résultats contre les six premiers de la poule qui seront pris en compte pour nous départager. »

  • Quand serez-vous assurés ou non de monter en U19 Nationaux ?

« Nous sommes en bonne position, mais à l’heure actuelle, l’objectif est de gagner les deux matchs qu’il nous reste et de rester invaincus pour évacuer toute incertitude. On a également une place de meilleure équipe U19 régionale de France à aller chercher, ce qui est assez gratifiant pour les joueurs. On verra pour une éventuelle montée par la suite. »

  • Qu’est-ce qui te plait dans ce métier de coach ?

« Ce qui me plait, c’est de pouvoir travailler au quotidien pour pouvoir partager des idées, ouvrir l’esprit critique du joueur sur le jeu. Il est intéressant de pouvoir suivre le joueur, le faire progresser ainsi que l’accompagner dans son parcours scolaire et personnel. Nous sommes particulièrement axés sur ça grâce à notre partenariat avec les différents lycées et les différentes filières. Donc ce qui est intéressant, c’est de pouvoir l’accompagner sur toute une année et de voir l’évolution en partant d’un point A à un point B. Et au point B, de voir les progrès qui ont été faits et amener le joueur à s’épanouir aussi en tant qu’homme. Et enfin lui permettre un jour de pouvoir postuler en National 3, puis en National 1 évidemment par la suite… »

  • Ton objectif est de finir entraîneur professionnel ?

« J’ai fait mes études en STAPS, à la Fac des Sports, donc mon projet professionnel était de travailler dans l’univers du football. Après le monde professionnel en sénior n’est pas forcément quelque chose qui m’attire pour le moment. En revanche, travailler dans les meilleurs centres de formations dans les meilleures infrastructures est quelque chose qui pourrait me plaire dans un avenir plus ou moins proche. Toutefois, je ne me ferme aucune porte et j’aimerai aussi connaître des expériences dans d’autres domaine de la performance, comme le scouting ou l’analyse vidéo. Je suis également en train de me former pour ça. »

  • Passer des U12 à U19, ce n’est pas la même manière d’entraîner ?

« Ce n’est pas du tout la même manière d’entraîner ! Après, dans mes missions au club en début d’année j’avais à travailler avec des tous petits, des U12, des U13. J’ai aussi beaucoup accompagné Miloud avec les U16. J’ai connu toutes formes de public, donc il faut forcément s’adapter, car la pédagogie, les contenus et les attentes sont forcément différentes. Les axes de priorité dans le travail ne sont pas forcément les mêmes selon les âges, mais ce n’est pas quelque chose qui me gêne. »

  • Tu es également devenu responsable de la préformation. Quel est le bilan ?

« La préformation au club englobe les catégories U12, U13 et U14. Aujourd’hui, on a une équipe U12 qui a de très bons résultats. C’est une très bonne génération, prometteuse pour l’avenir. Nos U13 sont d’ores et déjà qualifiés pour le championnat U14 Ligue l’année prochaine. Il leur reste encore deux matchs pour être champion de leur championnat. Et en U14, on a une année un peu plus compliquée, dans le sens où il y a une différence de maturation qui est très importante entre le profil de joueur que l’on a au club et le profil des garçons que nous rencontrons en championnat. Toutefois, le travail d’Aymerick (Goyer) avec cette génération est de qualité. On sait qu’on récoltera les fruits de ce travail dans plusieurs années quand nos garçons arriveront à un stade pubertaire plus avancé. On peut juste espérer que ça continue ainsi. »