Publié le 16 mars 2018
Cheick Timite et Benjamin Rytlewski se sont exprimés après la victoire face à l'Entente Sannois Saint-Gratien.
Photo actualités

Cheick Timite, attaquant de l’USLD :

Sur son but : « Je ne sais pas si je suis hors-jeu ou pas. J’avais un seul but : mettre la balle au fond des filets. Je n’ai pas pensé . »

Sur le match : « Ce que j’ai vu sur le terrain m’a beaucoup plu. J’ai vu beaucoup de jeu, des passes, de la profondeur… J’ai vu ce que j’aime ! Du coup quand je suis rentré, je me suis dit de continuer sur la lancée de mes coéquipiers, sans essayer de sauver l’équipe à tout prix. Après l’égalisation et malgré la fatigue, tout le monde a tout donné sur le terrain, car on se disait qu’on ne pouvait pas se contenter d’un nul. Les gars ont fait le travail derrière pour que le ballon arrive devant la cage, le ballon est arrivé et j’ai marqué. »

Sur son retour : « Je reviens avec beaucoup de rage ! J’avais faim. Pendant ma blessure, je voyais les autres jouer et ça me faisait de la peine de ne pas pouvoir en faire autant. Je suis revenu désormais et ça fait beaucoup de bien. Mentalement, je me disais que la saison était terminée, donc ce retour me fait d’abord du bien personnellement. Je reviens, je marque et on gagne, c’est une soirée parfaite ! Si mon retour peut aussi être bénéfique pour le groupe, tant mieux ! »

Sur son état de forme : « Je n’ai que quatre jours d’entraînement dans les jambes avec le groupe, mais je me suis entraîné dur durant ma rééducation à Amiens avec un bon préparateur physique. Je suis revenu fort et j’espère que ça va continuer comme ça jusqu’à la fin de la saison. »

Sur l’équipe : « J’ai bien sûr suivi les résultats de l’équipe pendant ma blessure. Pour moi, c’était une grosse équipe qui n’avait pas beaucoup de chance . Les mecs se donnaient à fond, mais les résultats ne suivaient pas. »

Sur la suite : « Comme les autres, je suis prêt pour le combat du maintien. On est tous des soldats et on va aller jusqu’à la fin. »

 

Benjamin Rytlewski, coach de l’USLD :

Sur la victoire : « Ça fait trois semaines que les joueurs bossent comme des chiens. Ils n’étaient pas forcément récompensés jusque-là. Sur ce match on a revu nos vieux démons en ne validant pas nos occasions en première mi-temps. On a tapé le poteau, on a mal négocié deux ou trois situations, ce qui fait qu’en deuxième mi-temps, on a reculé de peur que ça ne tourne pas en notre faveur. On prend donc ce but, mais on a réussi à ne pas s’affoler derrière et à bien réagir. On a pu faire des coachings offensifs avec le retour de Cheick qui a apporté de la fraîcheur devant. C’est une bonne chose. Je suis très content pour les garçons ce soir. »

Sur l’égalisation : « Le fait d’avoir toutes ces situations en première mi-temps et de ne pas les mettre au fond fait, qu’inconsciemment, les gars se disent qu’il faut descendre un peu parce que comme ils n’arrivent pas à marquer, ils ne veulent pas en prendre. A l’arrivée, c’est l’inverse qui arrive. Cette fois, on a réussi à retourner la situation, donc c’est positif ! Tout le monde a répondu présent ce soir. On leur avait dit toute la semaine que l’état d’esprit allait faire la différence et ils ont su mettre l’agressivité nécessaire pour l’emporter. »

Sur le public : « Ils nous ont soutenu toute la semaine. On savait qu’ils ne nous lâcheraient pas, donc les garçons sont aussi allés la chercher pour eux. Les supporters avaient préparé une vidéo avec des messages de soutien qu’on a passé aux joueurs avant le match dans le vestiaire. Les mecs se sont sentis concernés. Les supporters ont leur part de responsabilité dans la victoire. »

Sur la suite : « On va préparer la suite en prenant les matchs les uns après les autres. On va déjà travailler sur Rodez avec un long déplacement qui nous attend ! Ce ne sera pas simple face à une équipe qui vient de se faire taper contre Boulogne. Ce championnat est complètement fou. On était relégables avant le but de Cheick, on était même septièmes en menant 1-0 en début de match et ce soir on se retrouve neuvièmes. »