Publié le 21 décembre 2017
La trêve a débuté ce jeudi pour les joueurs de l'USLD dont la reprise est prévue le 29 décembre prochain. Entretien avec Nicolas Buteau, préparateur physique, qui nous parle de cette période particulière que sont les fêtes de fin d'année...
Photo actualités

Nicolas, cette trêve arrive à point nommé au vu de la succession de matchs depuis le mois d’août ?

« C’est sûr. On est sur les terrains depuis fin juin, donc ça commence à peser dans les têtes et dans les jambes. Il y a forcément une fatigue physique et mentale qui s’installe. La trêve va faire du bien à tout le monde pour se retrouver fin décembre requinqués comme on dit ! »

Justement, la reprise est prévue quand ? Quel est le programme ?

« La reprise est prévue le 29 décembre. Les joueurs ont d’abord quatre à cinq jours de repos complet pour s’aérer l’esprit, se régénérer. Ensuite, ils ont un programme individuel à faire trois jours avant la reprise. C’est une préparation individualisée en fonction des temps de jeu de chacun. Ça nous permettra de relancer les jambes, de remettre en route la machine progressivement parce qu’on va attaquer le 29 avec une séance sur le terrain et qu’on aura ensuite un match amical face à Lens le 30, à la Gaillette, afin de préparer le match de Coupe. Il y aura ensuite entraînement le 31 décembre le matin, puis repos le 1er et reprise le 2 jusqu’au match de Metz. »

Le fait qu’il y ait un match de Coupe de France a forcément une incidence sur la reprise ?

« Oui, d’autant que c’est particulier puisque si on regarde uniquement le championnat, on a un match contre Avranches le 12 janvier et ensuite on ne joue plus du mois de janvier ! On espère évidemment avoir de nouveau un match de Coupe plus tard dans le mois… Mais il faut effectivement adapter la reprise en fonction de ce calendrier et de cette absence de compétition. Ça nous permettra de faire deux bonnes semaines de préparation physique. »

Noël, c’est une période redoutée pour les préparateurs physiques d’équipes de foot…

« Oui, mais j’ai rarement eu de mauvaises surprises et là le gros point positif, c’est que les joueurs savent qu’il y a un match amical intéressant dès le deuxième jour de la reprise, puis qu’il y a ensuite un match à enjeu en Coupe de France. Donc c’est dans leur intérêt d’être très sérieux durant la trêve, que ce soit d’un point de vue alimentaire en ne se laissant pas aller avec les bûches de Noël, mais aussi de respecter le programme qui leur a été donné. »

Il y a des aliments interdits ou ils ont le droit de se lâcher exceptionnellement ?

« Sur le programme que je leur donne, j’aime mettre de temps en temps des conseils alimentaires. En cette période de fêtes, on ne va pas non plus les restreindre, on sait qu’à Noël, les tentations sont grandes… On peut se lâcher une ou deux fois, mais il faut être vigilant les autres jours, sans parler de régime ou de quoi que ce soit. Il faut juste adopter une alimentation équilibrée, ne pas faire d’excès en dehors de ces repas festifs.  Tout est une question d’équilibre. On peut se faire plaisir de temps en temps, mais il faut réguler après. »

Quels sont les aliments interdits pour les sportifs qui se respectent ?

« Ce n’est pas uniquement sur cette période-là, mais tout au long de l’année. Ils savent que tous les aliments gras comme la charcuterie, toutes ces choses qui sont bonnes au goût mais pas très bonnes pour la santé, que ce soit à Noël ou à une autre moment, ce ne sont pas des aliments conseillés. Comme je leur dis souvent, il faut une alimentation variée et équilibrée, ce que certains n’arrivent pas forcément à faire au quotidien. »

Des conseils qui portent leurs fruits puisque hormis Jovanie (Tchouatcha), il n’y a pas de grosse blessure à déplorer depuis le début de saison ?

« C’est un ensemble, ce n’est pas uniquement la préparation physique ! C’est le travail des joueurs, le travail de prévention en salle, les séances faites par l’ensemble du staff, la récupération avec notamment les bains de glace etc. Il y a aussi le boulot des kinés qui sont très disponibles pour les joueurs, les médecins qui sont très réactifs lorsqu’on a besoin d’eux. Je touche du bois, car on n’a en effet pas eu de trop gros pépins, hormis la blessure de Jovanie et celle de Mehdi Chaïri qui a pris un coup sur le pied à l’entraînement et qui a une fracture du petit orteil. Mais ce sont malheureusement des choses que l’on ne peut pas prévoir en avance ! »