Contre vents et marées

Publié le 5 décembre 2019
A trois jours du match de Coupe de France, rencontre avec Manuel Abreu, le coach de l'équipe de Reims Sainte-Anne.
Photo actualités

Arrivé à Reims Sainte-Anne, en mars 2018, Manuel Abreu n’était donc pas sur le banc en 2015-2016 lors de la précédente confrontation entre les deux formations, soldée par la victoire de nos Dunkerquois sur le score de 3-0 au septième tour. Pour autant, le technicien reimois, passé par Calais lors de la saison 2001-2002, garde quelques souvenirs en mémoire de la cité de Jean-Bart : « Dunkerque reste un club particulier pour moi puisque j’ai fait mes débuts comme joueur pro vers la fin des années 70 avec le Red Star, au stade Bauer, contre l’USLD. Et puis deux de mes garçons ont joué à Dunkerque lorsque j’entraînais le CRUFC », retrace le coach.

Pour autant, ce n’est pas avec un sourire jusqu’aux oreilles que Manuel Abreu a découvert son adversaire du huitième tour de Coupe de France… « Pour être franc, je n’ai pas accueilli le tirage avec un grand plaisir ! Je n’ai rien contre Dunkerque, mais on va rencontrer une très bonne équipe de football. On aurait forcément aimé tirer un plus petit pour essayer de prolonger l’aventure, même si on ne va évidemment pas dérouler le tapis rouge à cette équipe. On sait que ça ne sera pas facile. »

L’EF Reims Sainte-Anne, club formateur de Robert Pirès

Leader ex-æquo de son championnat de Régional 1 avec Epernay, l’EF Reims Sainte-Anne compte huit victoires et deux matchs nuls pour une seule défaite cette saison. Avec un bilan de 29 buts marqués pour seulement 4 encaissés, le club où Robert Pirès a fait ses débuts a des arguments à faire valoir ! « Sur un match, tout est possible. Cette compétition a le charme de pouvoir créer des surprises. On n’avait pas fait de la Coupe un objectif, mais ce que j’avais dit à mes garçons en début de saison, c’est que c’était un moyen de vivre une belle aventure tous ensemble. L’objectif est d’aller le plus loin possible. »

La logique veut cependant que nos « Bleu et blanc » partent favoris de cette rencontre face à une formation où peu d’éléments ont joué à des niveaux supérieurs : « On a des joueurs qui ont évolué en National 3, mais pas au-dessus à part peut-être notre gardien Greg Barilliot qui a peut-être joué en N2 avec Feignies. »

Et Manuel Abreu de conclure : « C’est simple, si on veut l’emporter, on doit faire le match de notre saison ! »

 

Reims Sainte-Anne – USL Dunkerque :  Dimanche 8 décembre, 13h30, stade Robert Pirès.
Tarifs : 6 euros / 3 euros