Publié le 21 avril 2018
Retrouvez les réactions des coachs et de Jean-Jacques Rocchi après la défaite de nos Maritimes.
Photo actualités

Jean-Jacques Rocchi, capitaine de l’USL Dunkerque :

Sur le match : « Ils ont été meilleurs que nous, c’est une équipe qui est bien en place, qui est bien costaud aussi. Je pense qu’on fait des erreurs défensives, on prend ce but et après le 3-0 ne reflète pas non plus tout le match. On se découvre, on essaye d’aller marquer aussi et au final on en prend deux derrières. »

Est-ce qu’il y a eu une sorte de rupture après la longue interruption du match ? « Non, je pense que ça a été un peu pareil des deux côtés. Après c’est difficile quand même de re rentrer costaud derrière ça. Ils ont fait ce qu’ils avaient à faire et nous on n’a pas su réagir. »  

Un peu de déception ce soir ? « On ne méritait pas ce soir la victoire, mais au moins le point du match nul, au moins ça. Tu ne peux pas le gagner le match, ils ont quand même été supérieurs à nous sur ce match-là. »

Benjamin Rytlewski, entraîneur de l’USL Dunkerque :

Un peu de déception ce soir ? « Oui il y a un peu de déception sur plein de choses, maintenant on a vu un adversaire, c’est ce que je disais aux joueurs ce soir on jouait une Ligue 2, ça saute plus haut, ça coure plus vite, ça tape plus fort ! C’est plus puissant dans l’impact. On reste en vie le plus longtemps possible. Après, la sortie de Damien Fachan nous pénalise un peu, l’absence de Djibi Banor aussi. »

Concernant le retour au jeu après l’interruption : « On avait densifié le milieu pour essayer d’être costaud au second ballon mais c’était vraiment une équipe costaud. Après on fait une erreur sur le premier but, on savait que ça allait jouer sur un deuxième ballon, une connerie et voilà on le paye cash, enfin contre des équipes de Ligue 2 tu le payes cash. »

Concernant la blessure de Damien Fachan : « Il s’est ouvert le cuir chevelu avec le choc à la tête, quelques points de suture. Il n’a pas perdu connaissance, mais bon c’était compliqué de le faire continuer. »

Il va falloir repartir pour assurer les quelques points manquants au maintien : « Oui, après c’est ce que je disais aux joueurs, celle-là je la prends pour moi. Ils ont répondu présents pendant 50 minutes, je n’ai pas été des plus inspiré, donc c’est ce que je leur ai dis dans le vestiaire, celle-là je la prends pour moi. On sait leur taper dans la gueule quand il faut, on sait aussi reconnaitre. Je leur avais dit qu’on devait s’appuyer sur l’expérience pour le maintien, et je ne rends pas service au petit en le faisant rentrer comme ça sur son premier match contre une équipe qui est plus forte que nous. Il fallait essayer d’anticiper un peu avec l’indisponibilité de Djibi Banor. On voulait voir. Quand on joue un maintien il faut s’appuyer sur l’expérience et là je n’ai pas été bon. Donc je ne vais pas leur dire que c’est leur faute. »

Brouard Régis, entraîneur du Red Star :

Des nouvelles d’Omenuke Mfulu ? « Des nouvelles rassurantes, il a repris connaissance, il a pu avoir son épouse au téléphone, ils attendent d’avoir les résultats du scanner et d’une IRM. C’est la vraie bonne nouvelle, en espérant que ça se termine bien. Il reste en observation toute la nuit. »

Après cette interruption vous avez su mieux repartir que votre adversaire : « Oui c’est toujours très compliqué quand il y a une interruption, un joueur qui est blessé, il y a toujours beaucoup d’inquiétude. On sentait bien que chez les joueurs tout le monde était affecté. En plus c’est quelqu’un qui est très apprécié dans le groupe. Je crois qu’ils ont su se remobiliser, se mobiliser avant tout pour lui. Il y a eu une bien meilleure maitrise en seconde mi-temps qu’en première. Le match on la fait comme on l’attendait parce que Dunkerque a mis beaucoup d’impact en première mi-temps dans tout ce qu’ils faisaient dans les courses, dans les duels. Il y a eu beaucoup d’espaces qui se sont créés en deuxième mi-temps, il y avait la fatigue qui était présente, je trouve qu’on a bien su gérer ces coups-là. On a beaucoup moins jeté en deuxième mi-temps qu’en première, je trouve qu’on se précipitait un peu trop quand il y avait des espaces. »

Cette victoire vous approche un peu plus de la Ligue 2 : « Oui on peut dire que ça sent bon, mais on a deux réceptions, donc il faut gagner encore un match. C’est sur qu’il est préférable de se retrouver dans notre position que les autres équipes. On avait deux matchs compliqués entre Boulogne et venir ici et on réussit à bien les négocier. Il faut terminer le travail à la maison la semaine prochaine contre Créteil. »