Publié le 12 novembre 2021
Avant d'affronter Linas-Montlhéry pour leur entrée en lice en Coupe de France (7ème tour, 13/11, 18h), Romain Revelli et Marco Majouga se sont présentés en conférence de presse d'avant-match.
Photo actualités

Romain Revelli

La Coupe de France, une belle compétition à jouer

« Pour nous, c’est vrai que la priorité reste le championnat. Maintenant, c’est une belle compétition que l’on respecte. L’objectif, c’est de se faire respecter et de bien y figurer jusqu’à Noël. C’est intéressant parce que ça reste des matches de compétition durant lesquels il y a du monde. Là, on va jouer contre une bonne équipe, ça reste des matches plus officiel que des matches amicaux. Malgré que ça ne reste pas notre objectif numéro un de la gagner, on y va très déterminés pour se qualifier avec beaucoup de respect vis-à-vis de ces équipes-là. »

Rester humbles face à des adversaires prêts à tout donner

« Il faut bien préparer les joueurs. Moi, je suis humble, car l’année dernière, j’étais de l’autre côté et je jouais des équipes de National 1 ou de Ligue 2. Dans mon discours, je suis souvent très humble avec mes joueurs, car je parle, déjà, d’essayer de se qualifier. C’est tellement dur, alors faisons un match plein, peut-être que ça passera par les tirs au but ou avec un but en fin de match. L’essentiel, c’est qu’on retiendra uniquement la qualification. Cette équipe on l’a étudiée, elle va se mettre au niveau car c’est une bonne équipe de National 3.

Je m’attends à un match avec beaucoup de monde et sur un terrain synthétique. On a un peu moins l’habitude, eux plus. Je veux aussi donner du temps de jeu. Eux, on voit que c’est une équipe qui va se sublimer et qui se projette beaucoup. Elle est assez costaud et a des joueurs rapides sur les côtés. Je n’ai aucun doute sur le fait que nos joueurs qui seront alignés seront à 150%, et s’ils le sont, il y a de grandes chances que l’on puisse passer. Le National 3 maintenant, ce sont des grosses régions de football. Des joueurs ont des contrats fédéraux, des primes de matches. C’est du semi-professionnalisme. Donc sur un match, il faut mettre ce qu’il faut. »

Se servir de la Coupe de France pour avancer en championnat

« Un gros parcours, longtemps, c’est compliqué car vous allez jusqu’au printemps et vous jouez en semaine. Là, ça compliquerait car vous accumulez des blessures et des cartons. Mais je pense que, jusqu’à Noël, la meilleure façon pour moi, quels que soient les joueurs qui seront sur le terrain parce qu’on parle, nous, de groupe, de relancer la machine après la défaite à Grenoble et de préparer Ajaccio, c’est de faire un bon match dans le contenu et de se qualifier. »

Faire tourner l’effectif tout en gardant le rythme

« Cela va être un bon équilibre. C’est pas aussi simple que de dire « on fait tout tourner, tout le monde et tout ceux qui ont moins jouer ». Cela dépend des joueurs. Il y a des joueurs qui ont besoin d’enchaîner et qui joueront sûrement titulaires contre Ajaccio. Certains, à l’inverse, ont besoin de se reposer. Pour d’autres, on a pas trop le choix parce que c’est en fonction des postes. De tout ça, comme on a quand même un bon effectif, on va pouvoir aligner une équipe qui doit être capable d’aller se qualifier. »

Marco Majouga

Un match à part du championnat

« Moi, j’aborde tous les matches avec sérieux. Que ce soit une équipe dans une division inférieure, je le prendrai quand même au sérieux. On joue quand même la Coupe de France, donc c’est important. On va la jouer à fond. »

Un groupe uni et soudé

« Je m’attends plus à un match physique, dans lequel nous n’aurons pas l’habitude du terrain. Cela va donc peut-être être compliqué pour nous puisque nous avons l’habitude de jouer sur une autre surface. On verra bien comment cela se passe. On a préparé cette rencontre en changeant de terrain ces deux derniers jours, pour s’y habituer. Sinon, on a travaillé avec sérieux, comme chaque semaine. »

Majouga