Contre vents et marées

Publié le 23 mai 2018
Le chantier de changement de pelouse a débuté cette semaine au stade Marcel Tribut. Place désormais à une pelouse naturelle renforcée, moins sujette aux intempéries et plus confortable pour nos joueurs !
Photo actualités

Les engins de chantier sont de retour au stade Tribut depuis mardi ! La raison ? Le changement de gazon. C’est en effet sur une pelouse naturelle renforcée qu’évolueront nos « Bleu et blanc la saison prochaine.

« Hybride ou pelouse naturelle renforcée, c’est simplement une question de vocabulaire ! C’est en tout cas une surface qui a l’avantage d’être extrêmement perméable, qui permet de jouer malgré des précipitations importantes grâce à une drainage instantané », explique Jean-Michel Hurlus, directeur technique chez l’entreprise Terenvi, en charge du chantier. Entreprise régionale spécialisée dans l’aménagement d’espaces verts, mais aussi dans les terrains de sport, Terenvi dispose de nombreuses références sur le territoire national. Après avoir œuvré sur les terrains du FC Metz et de l’AS Nancy Lorraine, l’entreprise nordiste sera également en charge de la réfection de la pelouse au stade de la Meinau, à Strasbourg.

« Au-delà de sa capacité d’absorption importante, la pelouse naturelle renforcée permet d’améliorer les prises d’appui. Le sol reste stable et il n’y a plu d’arrachements de la surface ou de marques laissées par des tacles par exemple. Cela évite de déformer la trajectoire du ballon et les faux rebonds. C’est une référence au niveau des surfaces renforcées », poursuit Jean-Michel Hurlus.

Débutés mardi, les travaux se poursuivront jusqu’au mois d’août. « La plus grosse difficulté ce sont les intempéries jusqu’à l’installation de la première couche drainante », précise le directeur technique de Terenvi. « La première phase des travaux consiste en l’installation du chantier avec le décapement de la terre végétale et un terrassement de 45 centimètres. C’est ce sur quoi nous travaillons actuellement. En parallèle seront installés les systèmes de drainage et de canalisation pour l’évacuation des eaux. On passera ensuite à l’installation des différentes couches en commençant par 15 cm de couche drainante en cailloux. Viendront ensuite deux couches de sable de 15 cm chacune, d’abord du sable pur afin d’y intégrer les fibres grass master, puis 15 cm de sable mélangé à des nutriments et de la matière organique où se trouveront les racines de la pelouse naturelle. Une fois les trois couches posées, viendront les phases de semis puis d’engazonnement. Puis, lorsqu’il y aura une densité assez importante de pelouse naturelle, on viendra implanter les fibres dans le substrat. »

Si tout se passe bien, la nouvelle pelouse devrait être prête à temps pour le premier match à domicile de nos Maritimes !