Publié le 2 mars 2018
Benjamin Rytlewski et Jonathan Ligali se sont exprimés après la défaite face aux Herbiers.
Photo actualités

Benjamin Rytlewski, entraîneur de l’USLD :

Sur le match : « Ce que je retiens, c’est qu’on n’a pas su être tueur. On savait que c’était une belle équipe, qui avait joué certes dans la semaine, mais qui était en pleine confiance par rapport à sa qualification. Ils ont su être efficaces alors que de notre côté, on marque le premier but, on a deux occasions pour tuer le match et on ne le fait pas. Derrière, on s’expose. C’est le tournant du match. On n’a pas su valider nos temps forts sur un terrain compliqué. »

Sur le deuxième but : « On est sur un temps fort, on joue l’équilibre, on dégage le ballon, on n’est pas très bien alignés. On est sur un temps fort, on cherche à pousser pour le gagner et derrière on se fait punir. Si tu ne peux pas gagner le match, tu ne dois pas le perdre. »

Sur les valeurs : « Je leur avais dit avant le match qu’on gagnerait sur l’envie. Je pense que par rapport au terrain, on a eu du mal à mettre l’intensité qu’on voulait dès le début de la rencontre. Maintenant, ce n’est jamais tout blanc ou tout noir. Il y a des choses à garder. On va réappuyer sur les valeurs qu’on doit mettre dans un match de National. On n’était pas tout beaux la semaine dernière et on n’est pas totalement mauvais aujourd’hui. Maintenant, il faut se remobiliser pour Concarneau. L’avantage au foot, c’est que tu peux te remettre en question toutes les semaines.

Jonathan Ligali, gardien de but de l’USLD :

Sur le match : « On a vu une équipe d’hommes face à une équipe d’enfants. On a vu une équipes des Herbiers conquérante, venue ici pour faire un résultat et de notre côté on a subi chez nous encore une fois. Je pense qu’il y a un peu de peur chez nous lorsqu’on évolue à domicile. Je ne sais pas comment l’expliquer. A l’extérieur, on arrive à faire de super résultats, avec une équipe déterminée, en bloc, qui ne lâche rien. A l’inverse, à domicile, on mène au score, mais on se montre trop fébriles. »

Sur les conditions :  « La neige n’est pas une excuse. C’était des conditions difficiles, certes, mais on n’a pas fait un match d’hommes. La différence est là. Neige, pluie, vent, peu importe. C’est onze mecs contre onze mecs. Encore une fois, j’ai eu l’impression qu’on était onze enfants. On devait confirmer le match contre Chambly et on n’a rien vu de tout ça. »

Sur la situation de l’USLD :  « Aujourd’hui, on est quatorzièmes au classement, donc il ne faut pas se voiler la face, il faut être pragmatique. On est une équipe moyenne de National, sinon on parviendrait à confirmer. On manque de ressources mentales, de caractère. On doit être plus tueurs, mettre la détermination qu’il faut, faire mal à l’adversaire. Là, on a encore perdu chez nous. Tout le monde doit se mettre face à ses responsabilités et prendre conscience de ce qui se passe aujourd’hui. Quand on a les occasions et qu’on ne tue pas le match, on en paie les conséquences, même trente minutes après. »