Contre vents et marées

Publié le 31 mai 2017
Troisième et dernière partie de l'interview de notre président qui s'exprime sur la réussite de la formation à l'USLD et sur l'avenir du club notamment.
Photo actualités
  • Chez les jeunes, la grosse satisfaction de la saison,  c’est la montée de notre équipe réserve en National 3 (ex-CFA 2). Une montée cochée parmi les objectifs de début de saison ?

« Faire monter la DH a toujours fait partie des objectifs… Après, c’était la façon dont on allait le faire ! D’aucuns disaient qu’il fallait des anciens pour encadrer l’équipe etc. Moi, j’ai toujours pensé que cette équipe devait être constituée de jeunes parce que ça leur donnait de l’expérience. C’est ce qu’on a fait, bien évidemment aidés par les descentes de joueurs de l’équipe première. On a réussi à le faire, un peu dans la douleur sur la fin, mais les montées sont toujours difficiles à valider. Comme je leur ai dit à la fin du match dimanche, je les félicite pour l’ensemble de leur oeuvre. C’est l’essentiel. »

  • Il y a un grand écart entre la DH et la National 3, faut-il s’attendre à des changements ?

« Non, on va continuer à travailler de la même manière. C’est l’antichambre de l’équipe première et l’antichambre de l’équipe première doit être occupée par des joueurs en devenir et pas par des joueurs qui viennent pour maintenir une équipe en National 3. Ce sera aux jeunes de se battre tout au long de la saison, encore une fois encadrés par des joueurs du National, pour maintenir l’équipe en National 3 la saison prochaine. »

  • Objectif maintien également pour l’équipe réserve alors ?

« Dans un premier temps ! Ils vont découvrir une nouvelle division, donc le but est de s’y maintenir. Et puis on devrait avoir le plaisir de s’affronter avec l’Olympique de Grande-Synthe, notre club partenaire. »

  • La passerelle entre les deux équipes sera d’autant plus abordable avec cette montée ?

« Oui, plus l’écart entre l’équipe première et l’équipe réserve est faible, plus le passage de l’un à l’autre est aisé pour les joueurs. Et ce dans les deux sens. Plus on réduira cette marge, plus ce sera facile. C’est le but. On a réussi une première étape, il faudra franchir la deuxième à un moment donné ou alors le faire d’une autre manière, mais ce n’est pas d’actualité. »

  • Au-delà des équipes séniors, les résultats chez les jeunes sont également positifs ?

« Tout à fait ! Je pense qu’on a trois ou quatre titres de champion chez les équipes de jeunes, trois équipes qualifiées en demi-finale de Coupe de la Ligue et une en finale, qui a déjà remporté son championnat. On ne peut donc qu’être satisfait de ce qui a été réalisé avec des jeunes pousses prometteuses que l’on espère garder. Encore une fois, on n’est pas là pour piller les clubs voisins, on est là pour faire des retouches en fonction de nos besoins. L’USLD a pour but de faire monter ses jeunes le plus haut possible. C’est ce qu’on s’efforce de faire sans déshabiller les clubs proches de chez nous, d’où notre volonté de signer un maximum de partenariat avec les clubs alentours. »

  • Doit-on s’attendre à des changements dans l’organigramme du club ?

« Tous les ans, il y a des mouvements chez les éducateurs. Ça fait partie des règles du jeu, pour des raisons professionnelles, d’envie, de choix, de catégorie… Il y aura peut-être quelques réajustements, mais pas de bouleversements majeurs puisque par rapport à la saison qui vient de s’achever, tous les éducateurs ont donné satisfaction. »

  • L’autre grand changement de l’été, c’est le passage en SASSP (Société anonyme sportive simplifiée professionnelle) ?

« Un comité directeur sera convoqué le 23 juin, je donnerai ma démission de la présidence de l’association et le comité élira un nouveau président en fonction des candidatures reçues. Derrière cela, il y aura une assemblée générale de la SASSP le 1er juillet, premier jour de son fonctionnement. Il en sortira un président, qui ne sera pas obligatoirement moi puisque nous sommes trois actionnaires à parts égales en plus de l’association. Celui qui recevra le plus de voix sera élu. »

  • Qu’est ce que cela va changer en termes de fonctionnement du club ?

« L’association sera en charge de tout ce qui concerne les équipes jeunes et la réserve alors que la SASSP sera uniquement en charge de l’équipe première. Même si évidemment les relations entre les deux présidents seront importantes et que le déroulé de la politique sportive sera donné par la SASSP. Pour ce qui est de la partie  économique, c’est également l’ensemble du club qui est jugé par les grands organismes comme la DNCG et pas uniquement la SASSP ou l’association. Finalement, ça change la structure, car ça prépare au professionnalisme et à une éventuelle montée en Ligue 2, mais ça ne change rien aujourd’hui à notre fonctionnement en National. La seule chose qui pourrait changer c’est si le championnat de National passait professionnel dans les années qui viennent… »

  • Dernière question, malgré les rebondissements de cette folle saison, tu es toujours passionné par ton rôle de président…

« Je suis avant tout un passionné de football, donc je suis heureux d’être président de l’USLD parce que je continue de vivre ma passion, en n’étant plus sur les terrains, mais autour des terrains avec des responsabilités. Maintenant, la gestion d’un club de foot au quotidien n’est pas drôle. Ce n’est pas ce qui m’attire le plus dans le sens où je suis chef d’entreprise et je sais comment ça fonctionne. Parfois, je m’arrache les cheveux avec le fonctionnement de l’USLD, non pas que ça fonctionne mal, mais c’est le principe d’un club sportif. Alors oui, ma passion est là et elle est pratiquement intacte, mais je finis ma troisième année de présidence usé. Et je sais que le club a encore pas mal d’échéances devant lui et que ça ne va pas permettre à celui qui sera président de se marrer uniquement avec le football. C’est la vie d’un club sportif et il faut essayer de faire avec, mais on aimerait que ça se calme parfois ! »