Contre vents et marées

Publié le 13 janvier 2017
Quelques jours après l'annonce par le président de la Communauté Urbaine de Dunkerque, Patrice Vergriete, du projet retenu pour la rénovation du stade Tribut, nous avons rencontré Olivier Sockeel, architecte et co-gérant de Sockeel architectes,
Photo actualités
  • Le cabinet Sockeel : 

Choisi par la Cud, le cabinet Sockeel est installé à Dunkerque depuis 18 ans. Le groupe a déjà travaillé sur des projets d’envergure et notamment des établissements scolaires ou des salles de sport. « Le stade Tribut n’est pas un projet qui nous fait peur, bien au contraire. Notre spécialité c’est le logement avec une particularité pour la filière bois. Une touche de bois que l’on retrouvera sur l’extérieur du stade du stade avec cette sorte de peau, d’enveloppe elliptique en bois, en lien avec la végétation qui borde le canal », relate Olivier Sockeel, co-gérant du cabinet.

  • Le projet :

« Notre grande priorité, c’est l’unité architecturale d’un site qui comprend des bâtiments divers et variés avec des habitations, la salle de tennis, le Stade des Flandres etc. Nous avons donc souhaité redonner une unité architecturale à l’ensemble de l’enceinte et ce en lien avec la ville. C’est d’autant plus important que c’est le premier bâtiment public important que l’on voit lorsqu’on sort de l’autoroute pour aller vers le centre-ville. Cette unité, on a voulu la symboliser par une enveloppe de forme assez pure avec une courbe construite : une ellipse avec deux centres qui sont sur le terrain », poursuit l’architecte.

  • L’entrée :

Il n’y aura plus q’une seule entrée pour pénétrer dans le stade. Elle se situera au niveau du parvis et permettra d’accéder en tribune Nord ou en tribune Sud. « Une fois le contrôle d’accès passé, il faudra emprunter l’un des deux escaliers qui mènera vers un déambulatoire. Ce déambulatoire permettra d’accéder à la partie haute ou à la partie basse de la tribune », indique Laurent Thirionet, conducteur d’opérations sur le dossier du stade Tribut à la Cud.

  • Le déambulatoire :

Parmi les grands changements que va opérer l’architecte donc, la construction d’un déambulatoire. « Il ira d’une tribune à l’autre et permettra de déambuler librement en ayant une vue sur le match d’un côté et sur la ville de l’autre. Un deuxième déambulatoire haut permettra d’offrir un autre espace pour les buvettes, les boutiques. On l’avait même appelé plateforme Carnaval.  C’est un espace complémentaire pour regarder le match. »

  • Proximité :

Comme indiqué il y a plusieurs mois déjà, la piste d’athlétisme qui entourait le stade sera supprimée, ce qui permettra aux futurs spectateurs d’être au plus près de l’action. « Le bas de la tribune doit se situer à environ six 6 mètres de la ligne de touche ! », confirme l’architecte. Un vrai stade à l’anglaise en somme !

  • Capacité :

La jauge du futur Tribut s’établira un peu en dessous des 5000 places. « Chaque tribune aura une capacité de 2450 personnes. Mais ce projet est compatible avec une extension à 8000 places si besoin, et ce grâce à la construction de tribunes derrière les buts », complète Laurent Thirionet.

  • Tribunes :

La tribune Sud, actuelle tribune debout, sera la première à être démolie puis reconstruite. C’est elle qui accueillera les installations liées à l’équipe première les jours de match : vestiaires joueurs, vestiaires arbitres, salle de contrôle anti-dopage… Elle accueillera également les salles réservées à la presse.

La tribune Nord, elle, accueillera les vestiaires associatifs (de 25 à 30 m2), les bureaux des entraîneurs, le club-house. Le club-house justement, devrait, à terme disposer d’une terrasse qui offrira une vue idéale vers le nouveau terrain synthétique ! C’est aussi dans la tribune Nord que sera construite la salle de musculation, qui donnera également sur le synthé.

  • VIP : 

L’espace VIP sera situé en tribune Sud, au dernier niveau.  « Sur ce troisième niveau, on trouvera 15 loges, dont chacune disposera d’une terrasse de huit places. Il y aura un espace de réception de 350 m2 pouvant accueillir plusieurs centaines de personnes. La particularité de ces loges, c’est qu’elles ne seront pas exactement au centre du terrain. C’est le salon partenaires qui se trouvera au centre avec un bandeau vitré pour suivre le match », détaille Olivier Sockeel.

  • Bureaux :

Les locaux administratifs prendront place dans une zone intermédiaire aux deux tribunes, dans des installations situées derrière les buts. « Ces locaux communiqueront avec les locaux associatifs. Un préau permettra également aux parents d’attendre leurs enfants à l’abri », dévoile Laurent Thirionet.

  • Pelouse : 

Frédéric Vanhille l’avait annoncé lors de notre assemblée générale début décembre : la future pelouse du stade Tribut sera une pelouse hybride. « Il en existe trois types, on doit encore choisir le modèle, mais il sera qualitatif », poursuit l’architecte et chef de projet à la Cud. « L’avantage de cette pelouse hybride, c’est qu’elle peut être utilisée plus souvent. C’est un revêtement apprécié de joueurs. Ça ressemble à une pelouse classique, sauf que cela se détruit moins vite. » Ce nouveau gazon devrait être posé à l’été 2018 avant la reprise du championnat.

  • Parvis :

« Le but du parvis est de faire le lien entre l’espace public et le stade. C’est sur cet espace que vont se regrouper les supporters. On est partis sur une grand glacis en béton dans lequel on va introduire des lames d’acier. Depuis le parvis, il y aura une transparence. On verra ce qu’il se passera sur le terrain au travers d’une surface vitrée », indique Olivier Sockeel

  • Les courants d’air :

Difficile de les ignorer lorsqu’on habite Dunkerque… « Pour éviter totalement les courants d’air, il aurait fallu monter une structure avec un stade de 20 000 places et des gradins tout autour. Ça nous était impossible, donc on a fait le maximum pour fermer le stade. On aura une protection au vent qui sera très efficace, car notre peau en bois sera ajourée et doublée par un vitrage ou du polycarbonate transparent, ce qui permettra une visibilité de l’extérieur vers l’intérieur », précise l’architecte.