Publié le 1 septembre 2021
Néo-dunkerquois, Mario-Jason Kikonda est la première des recrues à se confier sur son arrivée à l'USL Dunkerque. Entretien.
Photo actualités

Salut Mario-Jason ! Alors, heureux d’être Dunkerquois ?

« Très content ! J’arrive à Dunkerque dans un très bon état d’esprit. Pour le peu que j’ai pu voir, c’est une belle ville, et j’arrive dans un club familial, à l’image des coéquipiers qui m’ont très bien accueilli. J’arrive avec la tête et les jambes remplies de positif ! »

Racontes-nous un peu ton parcours relativement particulier, puisque tu n’as découvert le monde professionnel… qu’à 23 ans.

« C’est bien ça, à 23 ans ! Cela s’est fait de façon très particulière. J’ai gravi tous les échelons inférieurs, du niveau DHR* jusqu’à aujourd’hui, en Ligue 2 BKT. J’ai franchi beaucoup d’étapes avec le Vannes Olympique Club, jusqu’en National 2. Puis j’ai pris le chemin de Concarneau, en National 1, pendant six ou sept mois, jusqu’à signer au Paris FC, pendant deux ans. Et maintenant, me voilà à l’USL Dunkerque ! »

Lire aussi : Mario-Jason Kikonda s’engage à l’USL Dunkerque

Est-ce que ton passage à l’US Concarneau a été un tremplin pour toi ?

« En tout cas, beaucoup disent que c’est là que j’ai réellement explosé. En fin de compte, j’ai eu énormément de visibilité car le championnat de National 1 est très regardé, dans lequel beaucoup de clubs professionnels viennent piocher. Pour moi, c’est à ce moment là que ça a marché et que j’ai commencé à me faire connaître. »

Dis-nous, Mario-Jason Kikonda, quel type de joueur es-tu ?

« Je suis un milieu de terrain défensif qui aime se projeter vite vers l’avant ! C’est mon style de jeu et c’est ce que j’aime faire le plus. Quand j’ai eu le coach, Romain Revelli, au téléphone, il m’a très bien expliqué que c’est ce qu’il attendait de moi, et de mon côté, cela m’a forcément plu, car c’est ce que je suis et ce dont j’ai besoin. A moi de me mettre au diapason le plus rapidement possible, maintenant ! »

Tu connaissais plutôt bien l’USL Dunkerque avant d’y arriver, pour avoir déjà joué contre elle…

« A plusieurs reprises, même ! La saison passée, nous avons joué deux matches contre le club, et cette saison aussi (Paris FC 2 – 1 USL Dunkerque). Je connais donc plusieurs joueurs dans l’équipe. Samuel Yohou et Driss Trichard sont comme des frères pour moi. Pour le reste de l’équipe, cela reste des connaissances, des joueurs contre qui j’ai déjà joué et avec lesquels je m’entends très bien. Le feeling est donc naturellement passé avec tout le monde ! »

Lire aussi : L’USL Dunkerque s’incline en terre parisienne

Quels sont tes objectifs au moment d’enfiler la tunique des Maritimes ?

« L’objectif premier, que ce soit de manière personnelle ou collective, c’est le maintien ! Une fois le maintien acquis, le reste viendra. »

* Le niveau DHR équivaut aujourd’hui au niveau Régional 2.