Contre vents et marées

Publié le 19 novembre 2018
Depuis le début de saison, certains joueurs de l'USL Dunkerque participent à des séances de shiatsu avec Marjorie Scherier. Explications !
Photo actualités

Mardi après-midi, quelques heures après l’entraînement, Baboye Traore a rendez-vous chez Marjorie Scherier. Depuis le début de la saison, cette praticienne shiatsu reçoit une partie de l’effectif dunkerquois afin de leur prodiguer des séances. « Maxime Cornu, le kiné de l’équipe, m’a donné en début de saison une liste de joueurs dont les problèmes physiques pouvaient peut-être être liés au mental », relate Marjorie.

Discipline encore méconnue, shiatsu signifie littéralement « pression avec les doigts ». Comme en acupuncture, elle applique les bases de la médecine traditionnelle chinoise. « Le principe du shiatsu est de conserver ou retrouver l’équilibre énergétique de l’être humain pour être toujours en bonne santé mentale et physique. Le praticien shitasu va donc travailler le long de méridiens sur lesquels il y a des points, comme en acupuncture, afin d’enlever les tensions et favoriser la circulation énergétique. »

Une séance traditionnelle débute par un entretien avec le patient, un échange, Marjorie essayant de comprendre les origines des différentes tensions. « On considère avant tout que c’est la personne qui se guérit elle-même et que la maladie ou tension musculaire est là pour nous alerter sur quelque chose. C’est une vision positive de la maladie, qui doit être utile et aider le patient à identifier l’origine du problème mentale ou physique », précise Marjorie Scherier, qui a été diplômée en juin 2017 de l’école de shiatsu de Lille après quatre ans de formation et un mémoire sur « le rôle du mental dans la blessure sportive ».

Suite à cet entretien, Majorie passe ensuite une heure minimum à travailler sur le corps du patient. « A la différence de l’acupuncture, il y a un gros travail de préparation du corps, avec des frappes, des massages, des étirements… L’idée est de préparer le corps pour ensuite pouvoir l’attendrir et maximiser le travail énergétique avec les méridiens. »

Le shiatsu peut avoir différents bénéfices pour les footballeurs et sportifs de manière plus générale. « Le shiatsu peut d’abord être utile dans la préparation d’une saison. Un shiatsu régulier va diminuer les blessures musculaires, va aussi permettre une meilleure récupération physique puisqu’on travaille sur le système respiratoire, le système digestif, le système circulatoire et le mental évidemment. »

« Pour certains joueurs, il s’agit d’apprendre à canaliser sa fougue, son énergie, à gérer ses émotions. Pour d’autres, il s’agit d’axer la séance sur la confiance, sur le fait d’être rassuré. Pour d’autres encore, le but est d’accélérer la guérison d’une blessure grâce au travail énergétique », précise Maxime Cornu, kinésithérapeuthe du club qui a déjà pu constater les résultats depuis le début de saison.

Installée depuis un peu plus d’un an, Marjorie Scherier reçoit les patients chez elle pour des séances d’1h30. Le shiatsu s’adresse à tout un chacun. « Le terme shiatsu est tellement abstrait et méconnu pour la plupart des gens que la meilleure façon de comprendre, c’est d’en recevoir un.  Tout le monde a besoin de réapprendre à écouter son corps, d’être recentré, d’être apaisé. La plupart des gens ressortent détendus d’une séance et les tensions physiques disparaissent », explique Marjorie.

Pour en savoir plus, retrouvez Marjorie Scherier sur sa page Facebook ou sur son site Internet

Tarif : 45 euros pour la séance d’1h30.