Publié le 19 mai 2017
Menés 2-0, nos Maritimes ont concédé un match nul après une deuxième mi-temps exceptionnelle et ne disputeront pas les barrages.
Photo actualités

Didier Santini devait se passer des services de Baba Toure et de Jean-Jacques Rocchi pour cette rencontre cruciale. Le début de partie était équilibré. Alexis Araujo tentait de faire la différence, mais la défense boulonnaise veillait. Comme face à Quevilly une semaine plus tôt, les Maritimes étaient surpris au quart d’heure de jeu par Grégory Thil (0-1, 15e).

Les Maritimes tentaient de réagir par Alexis Araujo et Dimitri Boudaud, mais faisaient preuve de trop d’imprécision pour s’offrir des occasion franches. Les Boulonnais, libérés de tout enjeu, ne se faisaient pas prier pour doubler la mise quinze minutes plus tard par Essombe (0-2, 31e).

Les supporters tentaient de donner de la voix, mais les Dunkerquois peinaient à relever la tête avant la pause. Pourtant, Malik Tchokounte avait une occasion en or de réduire l’écart, mais après avoir effacé la défense, sa frappe passait bien au dessus des cages de Konate (0-2, 36e). Quatre minutes plus tard, l’attaquant avait encore une balle de but dans les pieds, mais sa frappe passait à côté. Malgré un sursaut d’orgueil avant la pause, les hommes de Didier Santini rejoignaient les vestiaires avec deux buts de retard (0-2, 45e).

Bevic Moussiti Oko remplaçait Thomas De Parmentier pour débuter la deuxième période et apporter un danger offensif supplémentaire. Un coaching gagnant puisque c’est le jeune attaquant qui provoquait un penalty transformé par Marc Fachan (1-2, 52e) ! Un but qui redonnait espoir à tout un stade.

Dos au mur, les Dunkerquois poursuivaient leur reconquête. Alexis Araujo était accroché dans la surface et pouvait espérer un penalty, mais l’arbitre ne l’entendait pas de cette oreille (1-2, 55e). Les deux tribunes donnaient de la voix dans une ambiance qui faisait plaisir à voir et à entendre. Les Maritimes squattaient la surface des Boulonnais qui procédaient en contre. Alexis Araujo faisait parler sa vitesse dans le couloir droit et il ne manquait pas grand chose pour voir trembler les filets à nouveau.

Il fallait attendre la 71ème minute pour que les rêves maritimes soient exaucés. Malik Tchokounte s’arrachait pour inscrire le but de l’égalisation après avoir intercepté la relance du gardien (2-2, 72e). Encore un but et le stade Tribut pourrait exulter…

Didier Santini faisait entrer Romain Jamrozik à la place de Saïd Aït-Bahi. L’option offensive était proche de payer avant que les Boulonnais ne viennent à nouveau doucher les espoirs maritimes. Alexis Allart remplaçait Dimitri Boudaud (80e) pour tenter l’impossible.

L’impossible semblait soudain possible dans ce match de folie grâce à Malik Tchokounte qui inscrivait son douzième but de la saison (3-3, 83e) ! Tout le stade retenait son souffle pour les dernières minutes. Les Maritimes poussaient, s’accrochaient et tentaient le tout pour le tout, quitte à se faire quelques frayeurs en défense !

Le temps filait et les espoirs de victoire aussi. L’arbitre annonçait six minutes de temps additionnel. Épuisés, les Dunkerquois jetaient leurs dernières forces dans la bataille. En vain. Les filets ne trembleraient plus et le score en restait là (3-3, 96e)

Cette fois malheureusement, les résultats des concurrents directs ne jouaient pas en faveur des Dunkerquois… Les barrages se feront sans l’USLD.

Merci pour cette saison, merci de nous avoir fait rêver. Merci à vous supporters pour votre soutien.

 

DUNKERQUE – BOULOGNE : 3-3 (0-2)

3000 spectateurs

 

Dunkerque : Bouet – M. Fachan, Aït-Bahi (Jamrozik, 72e), Huysman, Tchouatcha – De Parmentier (Moussiti Oko, 46e), D. Fachan, Banor, Araujo – Boudaud (Allart, 81e), Tchokounte

Buts : Fachan (52e) Tchokounte (71e, 83e) pour Dunkerque, Thil (15e), Essombe (31e), Bonenfant (79e) pour Boulogne

Avertissements :  Tchokounte (36e) Araujo (57e) pour Dunkerque ; Heumel (13e) pour Boulogne