Publié le 17 décembre 2022
Suite à sa récente nomination, le nouveau Président de l'USLD s'est présenté face aux médias. Accompagné d'un des actionnaires, Eddy DOBBELAERE, la direction fait le point sur l'organisation du club.
Photo actualités

Sur le choix de Président

Eddy DOBBELAERE : “Suite à la démission de Jean-Pierre SCOUARNEC, l’ensemble des actionnaires a décidé de nommer Edwin PINDI à la présidence du club, il va être le garant de nos décisions et de nos orientations prises pour la gestion du club. On lui donne toute notre confiance. ” 

Le rôle de Président et celui des actionnaires

E.D. : « Edwin a la liberté de la direction du club. Le rôle des actionnaires, dont je suis le porte-parole, est de donner les lignes conductrices de nos ambitions et c’est ensuite à Edwin de mettre tout cela en application avec l’ensemble de ses équipes. »

La prise de poste d’Edwin PINDI

Edwin PINDI : “Il faut d’abord remercier Jean-Pierre, car il a fait preuve d’un très gros investissement depuis qu’il est arrivé à la tête du club en 2014. Le club était encore en association à cette époque, puis est devenu une société sportive avec l’apport des co-actionnaires. Nous sommes montés en Ligue 2, avons eu un stade, et avons inauguré un nouveau terrain d’entraînement pour l’équipe professionnelle. Sous sa présidence, le club s’est fortement structuré. C’est la première chose que je souhaitais dire en préambule. Jean-Pierre, qui est chef d’entreprise, y a passé beaucoup de temps, on y a passé beaucoup de temps ensemble. Il faut le souligner et ne pas l’oublier. » 

Le fonctionnement quotidien

E.P: « Mon rôle, c’est d’animer et être garant du projet global au quotidien, que ce soit au niveau du sportif ou de l’administratif avec l’ensemble des fonctions support qui permettent de gérer le club. J’aurai une responsabilité plus importante en termes de représentation extérieure, mais ce qui est important est d’assurer une continuité pour l’ensemble des services du club. J’aurai un rôle de président opérationnel et présent au quotidien. »

Le point sur l’équipe professionnelle

E.P: « Après un énorme remaniement de notre effectif à l’intersaison (18 nouveaux joueurs), nous avons des résultats positifs.  Il faut féliciter le staff technique et les joueurs car nous avons construit une nouvelle équipe qui a immédiatement obtenu de bons résultats.  Nous sommes 5e et à 5 points de la première place avec un match en retard.

Nous sommes qualifiés en 32e de finale de Coupe de France et allons accueillir une équipe de Ligue 1 (Auxerre)! Ce que j’attends désormais, c’est que notre équipe continue sa progression sur la deuxième partie de saison. Nous devons rester dans ce peloton de tête. Et pour cela, j’espère que nous pourrons compter sur les Dunkerquois à Tribut. »

Sur une possible réorganisation

E.P. : “Aujourd’hui, il n’y a pas de réorganisation majeure. Il y a un secteur sportif, où Romain Revelli (Entraineur Principal) est chargé de la gestion de l’équipe professionnelle. Jocelyn Blanchard (Directeur du Football) a un rôle transversal et reste le garant de la politique sportive et du recrutement du football d’élite. Il y a des cadres administratifs qui sont aussi présents, il y a un fonctionnement qui est en place. Il n’y aura pas de changement majeur dans les semaines à venir. Comme dans toute entreprise, il y a des ajustements à faire mais qui ne seront pas visibles pour le grand public.

Nous avons un club structuré avec 50 salariés, plus de 700 licenciés, des bénévoles, des partenaires privés, des groupes de supporters. Notre projet continue à se développer avec toutes ces parties prenantes et le soutien de la collectivité.  On voit toujours la partie émergée de l’iceberg qui est l’équipe professionnelle. Mais aujourd’hui c’est tout un club qui vit: nous avons des U17 et U19 Nationaux, nous sommes qualifiés en Gambardella. On a une équipe féminine qui vient de se qualifier pour prétendre à la montée en R1, on a une section futsal qui grandit et une école de football qui attire toujours. C’est tout un ensemble et nous travaillerons de concert avec l’Association pour assurer la continuité.”

L’actionnariat et la vente des parts de la SASSP

Eddy DOBBELAERE. : “ Il ne faut pas mettre la charrue avant les bœufs. C’est très long, on ne vend pas des parts d’un club comme on vend une baguette de pain. Nous échangeons beaucoup, je suis très satisfait des échanges qu’on a pu avoir parce qu’on attache beaucoup d’importance à mettre en premier le projet du club. C’est la priorité absolue aujourd’hui, c’est d’abord d’avoir un vrai projet pour ce club et avoir une continuité de ce qu’on a pu faire. Que ce club puisse retrouver la Ligue 2 et s’y pérenniser. Donc aujourd’hui, il n’y a encore aucun choix qui est fait. Combien de temps ça va durer, je ne peux pas vous le dire. Ce n’est pas perturbant non plus pour le bon fonctionnement du club car il est entre de bonnes mains.

E.P. : “ Aujourd’hui, les tractations ou les intérêts extérieurs sur un club professionnel font partie du jeu. Si tu n’es pas prêt à évoluer dans un milieu où il y a beaucoup de rumeurs à cause des enjeux financiers qui peuvent être importants, il ne faut pas faire du football de haut niveau. Nous devons rendre la meilleure copie possible pour continuer à faire en sorte que notre club reste beau et continue de grandir. Et c’est ce que nous avons fait ces dernières années ! Il y a une équipe compétitive sur le terrain, un très beau stade, un fonctionnement administratif, un beau terrain d’entraînement et des équipes de jeunes au plus haut niveau. On ne réalise pas à quel point le club a évolué sur les 5 dernières années. »