Publié le 20 février 2018
Promu entraîneur principal suite à la mise à l'écart de Didier Santini, Benjamin Rytlewski nous a livré ses premières impressions.
Photo actualités
  • Benjamin, pour commencer, quelle a été ta réaction suite à l’annonce de la mise en retrait de Didier Santini et à ta nomination qui a suivie ?

« Par rapport à Didier, ce n’est jamais évident quand on connaît un limogeage de coach, d’autant plus lorsqu’on a la relation que j’avais avec lui. On était assez proches et donc ça n’a vraiment pas été évident humainement. Après, il faut vite se remettre au travail et essayer de remplir les objectifs qui ont été fixés, à savoir le maintien en National. »

  • « Tu es finalement un jeune coach, peux-tu revenir sur ton parcours et ton arrivée dans le milieu du coaching ?

« En fait, j’ai beaucoup joué en CFA à l’USLD. L’année de la montée en National je jouais encore et Fabien Mercadal à l’époque m’avait demandé de devenir son adjoint. J’ai accepté et je suis passé adjoint responsable de la vidéo. J’ai donc fait trois ans avec Fabien et quasiment deux avec Didier avant de devenir entraîneur principal et de jouer les sapeurs-pompiers ! »

  • « Comment appréhendes-tu cette nouvelle fonction ?

« C’est un rôle différent de celui d’adjoint, car tu es en première ligne, ce sont tes choix. Après, je n’oublie pas que j’ai ma part de responsabilité dans ce qui s’est passé avant, je ne me dédouane absolument pas. »

  • Tu as décidé de t’entourer de Fred Basire, pourquoi ce choix ?

« Il y avait d’autres pistes en interne. Maintenant, on avait une équipe de U19 coachée par Fred qui tournait bien, on a aussi un maintien à jouer en National 3. Je sais que l’on désorganise un peu le club en faisant cela, mais la vraie priorité c’est de maintenir les deux équipes séniors, même si je n’ai pas d’inquiétude pour la National 3 au vu du travail effectué. Fred est quelqu’un que je connais bien, avec qui j’ai joué et sa particularité est que c’est un joueur offensif. De mon côté, par rapport à ma formation, je suis très axé sur le travail défensif, donc dans l’équilibre du staff, c’est une bonne chose pour échanger. »

  • Comment as-tu senti le groupe lundi ?

« Comme tout le monde… On a tous été touchés. Maintenant, on a une mission à mener ensemble, on a douze matchs à jouer. C’est un championnat très compliqué, ça va être la guerre tous les week-end. Il va falloir réagir, se bouger. Il fallait bien recentrer les objectifs; on avait des ambitions dans ce championnat, mais avec tout ce qui nous est tombé dessus, on a dû les revoir à la baisse. Maintenant qu’on a un objectif clair, le chemin est plus facile pour y arriver. Si on ne sait pas où on va, c’est plus compliqué. Ma priorité, c’est d’obtenir le maintien, les 40 points et de pouvoir repartir sur un cycle nouveau l’année prochaine. »

  • Ça commence par un match à Chambly vendredi, quelles seront les clés pour l’emporter ?

« Chambly est une équipe qu’on connait bien, une équipe qui est montée en National un an après nous. C’est une grosse pointure du championnat, avec des joueurs d’expérience, des joueurs de taille. Il va falloir se battre avec nos armes et surtout garder les choses qu’on faisait bien c’est à dire cette solidarité sur le terrain, cette volonté de se battre les uns pour les autres et l’amplifier encore plus, car c’est un match à l’extérieur. Les clés, ce sera l’unité qu’on arrivera à mettre tous ensemble, pas uniquement les joueurs »

  • Doit-on s’attendre à des changements dans la composition de l’équipe ?

« Forcément. Avec le changement, les cartes seront un peu redistribuées. Maintenant, on ne va pas tout changer. Il y aura des changements par petites touches, on va y aller progressivement avec le staff. Il y a quand même une continuité à avoir, on ne va pas tout remettre en question du jour au lendemain. »