Publié le 6 octobre 2022
Le doyen du groupe, Arnaud BALIJON arrivé cet été, se prête à l'exercice des trois questions à ...
Photo actualités

Bonjour Arnaud. Tu es arrivé cette année comme beaucoup de joueurs de l’équipe, comment s’est passée ton intégration en tant que doyen du groupe ?

A.B.: « Ça s’est très bien passé, le fort renouvellement a permis de créer une nouvelle ambiance de vestiaires avec beaucoup de nouvelles personnes et très peu d’anciens. Je pense que quelque part ça a facilité l’intégration car il y a beaucoup de nouveaux et tout est à recréer. Il faut dire que j’ai également pris l’habitude avec les années et l’avantage qu’il y a au club est qu’il est familial et propice à une intégration rapide donc oui tout s’est très bien passé par rapport à ça. Ce n’est plus un secret mais c’est un bon groupe, les jeunes sont attentifs, sont à l’écoute et il y a plutôt une très bonne ambiance, plein de facteurs qui ont fait que tout s’est très bien déroulé et surtout très rapidement.« 

Tu as récemment accueilli un heureux événement 👶 comment arrives tu à combiner ton statut de joueur professionnel et celui de père de famille ?

A.B.: « Pour moi, c’est quelque chose qui est arrivé sur le tard parce qu’entre le premier et le deuxième il y a 18 mois d’écarts. Mais plutôt bien au final, parce qu’il y a la maman qui s’occupe de manière assez extraordinaire des deux petits donc ça aide. Après je ne suis pas quelqu’un de fainéant, je suis très présent pour les enfants. C’est une gymnastique, une organisation à trouver au quotidien mais ça se combine bien. Pour trahir un peu le secret, j’avais fait le déplacement jusqu’à Châteauroux mais je suis rentré en covoiturage dans la nuit du dimanche au lundi et c’est pour cela que je n’étais pas sur le banc pour ce match. Ces heures-là sont un peu particulières mais pour le premier tout s’est bien passé et là, on a trouvé nos marques également. Ce qui nous aide également c’est que le coach et le club sont très à l’écoute des joueurs et des adaptations familiales qui peut avoir. C’est un point important à souligner car ce n’est pas comme ça dans tous les clubs. Les nuits sont peut-être un peu plus courtes quand on a des enfants mais j’arrive à bien combiner les deux on profite des temps de repos pour être en famille et être à 100% à l’entraînement.« 

Vous entrez en Coupe de France samedi. Comment abordez vous cette épreuve et toi qui est le joueur le plus expérimenté du groupe, quel message as tu envers tes coéquipiers ?

A.B.: « La Coupe de France est une compétition qui est intéressante, qui est dans le charme et dans la symbolique, ça reste une compétition particulière. Le danger reste le même pour toutes les équipes, en fonction du moment de rentrer dans la compétition, on peut jouer contre des petites ou des grosses équipes, il faut trouver un point d’équilibre. Ne pas être trop stressés et impressionnés par les plus grosses équipes et au contraire ne pas être trop relâché contre de plus petites. Ça reste une compétition bonus mais importante néanmoins car elle permet de maintenir la compétitivité et d’équilibrer les temps de jeu entre le championnat et les matchs de Coupe.

En ce qui me concerne, j’essaie dans mon comportement de maintenir tout le monde en éveil sur les semaines de coupure. Tout le monde doit rester connecté dans le travail parce que c’est important pour préparer les matchs des semaines et des mois à venir. Il faut qu’on continue le bon début de saison que l’on a fait et qu’on maintienne un bon été d’esprit sur et en dehors du terrain.«