Publié le 12 janvier 2017
Chaque mois, nous vous faisons découvrir un entraîneur de l'USL Dunkerque... Débutons cette série par Aymerick Goyer, éducateur de notre équipe U14 !
Photo actualités
  • Pour commencer, peux-tu te présenter ?

« Je m’appelle Aymerick Goyer, j’ai 24 ans, je suis éducateur au club, où je m’occupe des U14. Je gère aussi les stages foot lors des vacances. J’interviens également en section sportive à Guilleminot et à Robespierre ainsi que dans l’école de football. »

  • Quand et comment es-tu arrivé au club ?

« Je suis à l’USLD depuis que j’ai 8  ans. C’est mon tout premier club. Je suis arrivé comme joueur, puis vers l’âge de 15 ans, j’ai passé mon premier diplôme d’éducateur : le jeune-animateur. J’ai tout de suite été pris dedans et à partir des moins de 18, j’ai joué tout en entraînant en même temps. »

  • Entraîner, ça t’a rapidement plu ?

« Oui. Il y a un éducateur qui devait se faire opérer. Comme j’avais bien réussi mon premier diplôme, il m’a demandé de le remplacer et c’était parti ! »

  • Quel est ton parcours en tant qu’éducateur ?

« J’ai commencé chez les plus petits. J’ai fait le débutants, ensuite je suis passé au foot à 7, puis je me suis occupé des U12 l’année dernière. Et cette année, j’ai en charge les U14. J’ai eu mon brevet de moniteur de football. Au mois de mai, je passe le concours d’entrée pour le BEF, ce qui va me permettre d’entraîner jusqu’en DH chez les séniors »

  • Ton but c’est d’en faire ton métier ?

« Oui. Mon rêve serait de partir à Monaco (rires). Plus sérieusement, mon objectif à court terme, c’est d’avoir en charge un équipe DH au club et à plus long terme d’être sur la banc de l’équipe première. Ce serait beau puisque je suis ici depuis l’âge de huit ans. »

  • Ta carrière de joueur est terminée en revanche ?

« Oui, j’ai arrêté. J’ai joué jusqu’à la réserve, j’ai fait une bonne première saison sénior. La deuxième ça a été très compliqué avec les cours à Liévin, donc j’ai décidé d’arrêter. »

  • Qu’est ce qui te plaît autant dans l’entraînement ?

« C’est de voir les petits  qui sourient lorsque tu leur donnes une consigne et que ça fonctionne. Quand ils te disent « coach, t’avais raison », c’est plaisant ! »

  • Aujourd’hui tu en en charge des U14, ça change de l’école de foot ?

« C’est sûr ! Il y a un peu plus de pression au niveau de l’objectif de résultat, mais honnêtement, ma priorité reste le jeu. Ça reste le plus important, car il ne faut pas oublier qu’on est là pour former des joueurs. Finir premier ou sixième, peu m’importe. L’objectif c’est vraiment qu’un maximum de mon groupe soit apte à jouer en DH avec les U15  l’année prochaine. »

  • Quel bilan fais-tu de votre première partie de saison ?

« On a réalisé un très bonne moitié de saison. On est troisièmes avec deux matchs de retard, on est qualifiés pour les quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Au niveau du jeu, c’est cohérent par rapport à notre projet, même si on manque parfois de constance. Mais ça reste des enfants de 13 ans. On a un peu moins bien terminé l’année, mais les garçons ne trichent pas. Ils ont terminé premiers académiques au cross, ils ont aussi participé au championnat de sport-études contre des troisièmes alors qu’ils ont un an de moins. On a fini lessivés, ce qui peut expliquer les derniers résultats. »

  • C’est un groupe que tu découvres ?

« Pas du tout non, je les connais par cœur ! J’ai été leur premier éducateur en U11. Ensuite, je les ai eus en sport-études. Ça aide beaucoup ! »

  • Combien de temps passes-tu au club chaque semaine ?

« Tous les jours sauf le dimanche. j’ai un contrat jeune de 35 heures avec le club. »

 

 

  • Quels sont tes objectifs pour la deuxième partie de saison ?

« De finir le plus haut possible en championnat et d’essayer d’aller le plus loin en Coupe. Notre prochain match a lieu le 25 février, on attend le tirage au sort. Et l’autre objectif, c’est qu’un maximum de joueurs puisse jouer en DH la saison prochaine. »

  • Quel est ton plus beau souvenir d’entraîneur ?

« J’en ai plusieurs ! Chez les tout petits, il y a la qualification pour la Pouss Cup, sorte de Coupe du Monde des jeunes, où on a pu affronter le FC Valence notamment. Il y a aussi d’autres tournois lors desquels on a pu affronter des clubs pros. Cette année, il y a la victoire contre Boulogne à domicile parce que c’est le derby et parce que peu de monde pensait qu’on pouvait gagner. »

Et quel est le pire ?

« Il y a eu une élimination en qualification de la Pouss Cup. Et sinon, les deux derniers matchs de championnat avec les U14. Mais on apprend. Ils apprennent et moi aussi ! »

Le joueur que tu rêves d’entraîner ?

« Thomas Lemar de l’AS Monaco. »

  • D’où te vient cette passion pour Monaco ?

« C’est un truc de famille depuis tout petit. Mon père était fan, moi j’ai toujours adoré la couleur rouge. Un jour, je suis allé voir un Lille-Monaco et je suis devenu encore plus fan de ce club ! »

  • Il y a un entraîneur qui t’a particulièrement inspiré ?

« Il y en a plusieurs. Chez les pros, il y a Guardiola clairement. Simeone et Jardim aussi. Chez les plus jeunes, il y en a un que j’admire beaucoup au club, c’est Miloud (Gaïd) entraîneur des U17. Dans les autres clubs, il y a Alex, qui est à Gravelines, Geoffrey de Croix et Charles de Wasquehal qui sont des éducateurs de mon âge. »

  • Quand tu n’es pas au club, comment occupes-tu ton temps libre ?

« Je vais voir mes frères jouer. J’en ai un qui est en U15 à Dunkerque, un autre qui est en U15 au LOSC et un qui est en U17 à Boulogne, donc souvent on est là-bas le dimanche. C’est toujours foot ! Quand je m’ennuie pendant les vacances, je vais voir mes potes qui sont éducateurs, sinon je m’ennuie ! »