Publié le 18 février 2021
Edwin Pindi et Fabien Mercadal ont fait le point à deux jours du déplacement au Havre.
Photo actualités

Covid-19 :

Edwin Pindi, directeur général : « On avait dénombré à l’issue des tests effectués en fin de semaine dernière six cas dans l’ensemble du groupe sportif élargi, à savoir trois joueurs et trois membres du staff. Ce sont des cas de Covid normaux puisque le variant anglais n’est pas intervenu dans les cas recensés. Les joueurs sont testés le samedi soir après le match à domicile puis le mercredi. C’est ce dernier test qui est obligatoire et qui fait foi, car il est passé entre 48 et 72 heures avant le match suivant. Nous n’avons pas eu des cas positifs supplémentaires suite aux tests effectués hier. A l’heure actuelle, aucune des personnes touchées n’a développé de symptômes ou très légers. Par respect du secret médical, nous ne souhaitons pas nommer les personnes touchées, mais certains joueurs qui étaient présents dans le groupe face à Nancy sont touchés. »

Fabien Mercadal, entraîneur :  « Nous ne sommes pas le seul club à être touché par le Covid, mais c’est la deuxième fois qu’on le subit de manière large puisqu’on a trois joueurs touchés, ce qui porte le total d’absents à huit si l’on compte les blessés. On devra faire sans nos blessés de longue durée. Alioune Ba est suspendu, on ne récupèrera pas non plus Dimitri Boudaud, pas suffisamment remis, et on a un point d’interrogation sur Jérémy Huysman, qui serait le neuvième absent. »

L’état d’esprit du groupe :

Fabien Mercadal : « On a été touchés après cette défaite, car on avait envie de valider ce qu’on avait fait de bien précédemment et qui ne s’était pas concrétisé par le maximum de points. On restait sur deux matchs nuls, mais on trouvait qu’on avait maîtrisé nos matchs et on avait espoir de basculer et on ne l’a pas fait. Donc oui tu as une forme de frustration, tu passes un mauvais dimanche car on est totalement investis et qu’on a envie de réussir. Puis après, il y a deux possibilités : abandonner ou se relever. Pour  moi, c’est ça d’être un champion : d’être capable de te relever quand tu tombes. C’est ce qu’on a fait dès le lundi. On a senti des garçons investis, on a travaillé de manière différente, on a rajouté des choses et on tente de se préparer au mieux pour le déplacement au Havre. »

Le déplacement au Havre :

Fabien Mercadal : « On va chercher à redémarrer une série. On restait sur deux bons matchs, trois même malgré la défaite à Valenciennes. On ne valide pas pour l’instant. On fait une très bonne mi-temps contre Nancy avant le scénario que vous connaissez. L’idée c’est de se poser sur le terrain du Havre pour tenter de poser des problèmes à cette équipe et de tenter de les faire tomber. Je ne crois pas à cette idée que parce qu’une équipe vient de gagner six matchs d’affilée ou de ne pas perdre, elle est imbattable. Elle est sur une dynamique, mais nous on travaille, on continue de travailler en cherchant à progresser match après match avec un groupe très réceptif. On sait que c’est un peu plus dur ces derniers temps, mais on sent qu’il y a de la vie dans ce groupe. On a beaucoup d’échanges avec ces garçons et chacun cherche à s’améliorer, à s’en sortir. C’est une sacrée protection. »

Le classement du Havre :

Fabien Mercadal :  « Au début de saison, on n’était pas dans la même histoire, puis on s’est retrouvés dans la même histoire. C’est un autre type d’effectif que le nôtre, mais il faut être aveugle pour ne pas voir que cette Ligue 2 est sacrément difficile, même pour des équipes comme Le Havre. Mais c’est ça qui est bien. Cela veut dire que même eux ont le droit de galérer et qu’ils galèrent aussi contre des équipes de notre style. Alors avec tout le respect que l’on a pour leur entraîneur et leur club, on va tout faire pour les faire galérer. »