Publié le 8 juillet 2022
Alors que la préparation estivale a franchi un palier depuis l'arrivée au Touquet pour le stage de pré-saison, Nicolas Buteau (préparateur physique) se confie sur l'importance que peut avoir cette période pour préparer au mieux les joueurs. Entretien.
Photo actualités

Nicolas, voilà désormais deux semaines que le groupe a repris le chemin de l’entrainement. À la moitié du stage que vous êtes actuellement en train de réaliser au Touquet, quel premier bilan peux-tu faire ?

Cette saison, on voulait volontairement faire une préparation assez longue, d’environ sept semaines et demie. D’une part, l’effectif allait être renouvelé sur une bonne partie. Il y a également eu quelques réajustements, notamment au niveau du secteur médical, avec l’arrivée d’un docteur et de deux nouveaux kinésithérapeutes. Il nous fallait donc du temps. L’objectif était de reprendre progressivement avec beaucoup de ballons dès le départ, pour arriver ensuite à un travail plus athlétique à partir du départ en stage.

Le premier ressenti est très bon. Nous avons un groupe jeune, à l’écoute, concentré, respectueux et pleinement dans les objectifs fixés, que ce soit sur le terrain comme en dehors. Les joueurs sont très investis dans les soins et le travail invisible à l’extérieur du terrain pour favoriser la récupération, ce qui est presque aussi important que les efforts qu’ils vont fournir sur le terrain. Il y a énormément de sérieux dans les séances et il faut que cela continue dans cette direction.

Quel était le programme de ce stage, que l’on sait être le top départ de la préparation dite plus athlétique ?

Les premiers jours, on était surtout sur du travail avec ballon. On travaillait déjà athlétiquement mais le ballon était au cœur des entrainements. Juste avant le départ en stage, le test classique du Vameval a été effectué auprès des joueurs pour calculer leur VMA (vitesse maximale aérobie). Cela nous a permis d’individualiser le travail et de commencer à travailler physiquement, sans ballon et avec des groupes de niveaux dès notre arrivée au Touquet. L’objectif est vraiment de monter en intensité dans les semaines qui viennent.

« Les joueurs sont très investis dans les soins et le travail invisible » – Nicolas Buteau

Avec l’arrivée des premiers matches amicaux, comment va s’accentuer la préparation, justement, dans les jours à venir ?

On va continuer à suivre notre ligne de conduite. Dans les prochaines semaines, l’objectif est de monter progressivement en intensité, notamment d’un point de vue force et vitesse. Les premières semaines, on est plus sur du volume de course et du renforcement musculaire. L’arrivée des premiers matches amicaux nous fait entrer dans l’intensité que demande le match, même si les temps de jeu seront gérés. Ces rencontres de préparation sont des éléments déclencheurs dans l’aspect athlétique puisque l’intensité va augmenter.

Rien de mieux qu’un match pour acquérir du rythme…

Oui, comme on l’a toujours dit, rien ne remplace un match. Là, les joueurs sont sur le terrain depuis le 22 juin. Ils ont envie de passer aux matches de préparation et de se mettre en place sur le terrain. Cependant, ces rencontres de préparation ne vont pas nous empêcher de continuer à bosser physiquement à l’entrainement.

Cette préparation, pour toi, est aussi à double enjeu : il faut préparer physiquement les joueurs, tout en veillant à éviter les blessures qui pourraient survenir…

On le voit dans le groupe. On a des joueurs expérimentés qui ont déjà vécu plusieurs préparations et d’autres plus jeunes qui vont prendre l’habitude, petit à petit, de s’entrainer chaque jour voire deux fois par jour. Certains ont besoin d’être canalisés car ils ont énormément d’envie. C’est à nous d’être à leur écoute et de bien gérer la charge de travail en y allant progressivement.

Comment fait-on pour garder les joueurs concentrés dans une période qui, parfois, peut s’avérer longue et fatigante, mentalement, pour les joueurs ?

Avec le coach et le staff, on essaie d’alterner les séances où les joueurs vont travailler physiquement avec le ballon et les autres durant lesquelles ils vont travailler d’un point de vue purement athlétique. Mentalement, il faut être prêt. Mais encore une fois, le groupe est très concentré, volontaire et déterminé.