Publié le 1 juillet 2021
A la veille du deuxième match amical face à Valenciennes, Dimitri Boudaud fait le point !
Photo actualités
  • Dimitri, comment se passe cette préparation ?

« On termine notre troisième semaine, qui est un peu plus dure pour les organismes. Au début, on était sur de l’aérobie, et maintenant on commence à taper dedans, à réduire les temps et augmenter l’intensité, donc ça tape dans les jambes en plus des matchs qui sont nos plus grosses séances du travail. On va clôturer cette nouvelle semaine par un match contre Valenciennes, mais tout se passe bien pour l’instant pour le groupe. »

  • Vous n’avez eu que peu de temps pour souffler depuis la fin du championnat le 15 mai…

« C’est sûr. On a repris le 14 juin alors qu’habituellement, on revient aux alentours du 25. Donc c’est effectivement assez court, d’autant que la saison a été usante mentalement, mais il faut vite se remettre dedans. »

  • Quels enseignements tirer du premier match amical face à Bruges (1-1) ?

« Bruges avait repris un peu avant nous et on sait que face à des équipes de D1 belge, il y a toujours beaucoup d’intensité. Les cinq premières minutes ont donné le tempo, avec beaucoup de contacts. On a en tout cas réussi à ne pas perdre, ce qui est important même en match de préparation. Le seul point noir est la petite blessure de Kevin Rocheteau, même s’il n’y a rien de grave. Mais en prépa, le top c’est quand même de ne pas se blesser, de bien bosser physiquement et de trouver quelques repères sur ce que demande le coach, avec et sans le ballon. C’est un premier match positif en tout cas. »

  • Le groupe a peu changé, mais le coach oui. Il faut donc s’adapter ?

« Oui ! Moi qui suis là depuis très longtemps, je n’ai jamais connu la routine, car quand le coach change, c’est une nouvelle remise en questions, une autre vision du football. Le nouveau coach demande des choses différentes, notamment avec le ballon. Pour l’instant, cela se passe très bien. »

  • Quel sera l’objectif de ce match contre Valenciennes qui tombe en milieu de préparation ?

« L’objectif c’est de trouver des repères entre nous, de se faire mal, car souvent on ne joue que 45 minutes, donc il faut tout donner, sans aller au-delà pour ne pas se blesser. Dans un premier temps, c’est donc une grosse séance athlétique qui permet de retrouver des efforts de match. Et ensuite, l’objectif est de trouver des repères techniques et tactiques sur ce que demande le coach et des repères entre nous. C’est vrai que le groupe a peu changé, mais c’est important de retrouver des affinités et surtout de ne pas perdre, car même en préparation, on n’a pas envie de perdre. »

  • Tu as décidé de prolonger ton aventure avec l’USLD il y a quelques semaines, c’était un choix qui s’imposait ?

« Je voulais vraiment rester parce que j’ai vécu la saison dernière ma première saison professionnelle. C’était vraiment une saison particulière avec des stades vides notamment. J’ai l’impression de ne pas avoir pu profiter puisque j’ai connu deux ou trois petites blessures qui m’ont empêché de faire la saison que j’aurais voulu faire. J’aurais été vraiment déçu de rester là-dessus. J’ai donc accepté de vivre cette opportunité, cette saison qui s’annonce excitante avec des stades pleins, Tribut avec du monde… J’espère me régaler vraiment cette année et être épargné par les petits pépins physiques pour apporter plus que je n’ai apporté la saison dernière. »

  • Quels objectifs t’es-tu fixé ?

« Avant tout de prendre du plaisir et de tout mettre en œuvre pour ne pas me blesser et répondre présent quand le coach fera appel à moi. C’est pour vivre des matchs dans des beaux stades avec du monde que je fais du foot et c’est pour cela que j’ai accepté la proposition de l’USLD. »

 

Valenciennes – USLD : samedi 2 juillet, 17h, Stade de la Liberté à Cambrai
Absents : Emeric Dudouit (dos), Kevin Rocheteau (contracture)