Contre vents et marées

Publié le 14 août 2018
Le coach dunkerquois Benjamin Rytlewski est revenu sur la défaite face à Concarneau. Il en appelle au travail pour inverser la tendance vendredi, à Calais !
Photo actualités

Benjamin, ton sentiment est le même qu’après le match d’Avranches ? C’est la frustration qui prédomine ?

« C’est le même sentiment oui, en sachant qu’il y avait quand même du mieux dans l’utilisation du ballon. Il y a une base de progrès. Après, on reste sur nos lacunes actuelles qui sont la finition. Malheureusement, il n’y a pas de secret, il faut travailler encore plus dans ces zones-là pour pouvoir être efficaces. »

Comment expliques-tu ce manque d’efficacité ?

« Il y a forcément un manque d’automatismes lorsqu’on change toute la ligne d’attaque. On a eu 39 jours de préparation et certains joueurs comme Kevin Nzuzi Mata sont arrivés une semaine avant le début du championnat. C’est de mieux en mieux, Kevin a réussi à marquer, il doit encore bosser sur son efficacité, mais il y a pas mal de positif à retirer de ce match ! »

Le message aux supporters c’est donc de ne pas s’inquiéter après deux journées de championnat ?

« Pour ma part, je m’occupe de mon équipe. Après, il y a toujours des gens qui sont mécontents sur les réseaux sociaux. Personnellement, ce qui m’importe, c’est mon groupe. Le travail est effectué la semaine et je ne vois pas pourquoi ça ne tournerait pas ! »

Quelles sont les clés pour mobiliser les joueurs malgré ces deux défaites ?

« On bosse. On travaille bien à l’entraînement, on fait des retours vidéo pour voir ce qui n’a pas été, ce qui a bien été, ce qu’il faut changer. On sait qu’on doit travailler sur notre occupation de surface dans les deux zones. Les séances d’entraînement sont faites pour ça. Il n’y a que le travail qui va faire que ça va tourner. »

Ce match à Calais, c’est un match à l’extérieur ou à domicile pour toi ?

« Ce n’est pas Tribut, mais on a tellement de joueurs qui ont changé que très peu connaissent la pelouse de Tribut. Donc, c’est un match à domicile, devant nos supporters et nos familles. Ce sera forcément un climat plus propice à la mise en confiance et à la performance. Ça reste un match à domicile, car dans les tribunes il y a des gens qui nous aiment. »